À propos

maitrefab

Le monde de Fa, des histoires singulières qui sont à la fois des états d’âme, des coups de coeur, de gueule, des fanfaronnades… Un melting pot de libre expression en quelque sorte…

Fabrice est né en 1965 en Belgique du côté de Namur. Passionné de foot et de tennis qu’il pratique assidument dès le plus jeune âge, son cursus scolaire est pour le moins étonnant: de l’école primaire Sainte-Marie à Flawinne en passant par le Petit séminaire de Floreffe en section de transition technique dessin d’architecture et mathématiques fortes, il décide alors de devenir enseignant en français, histoire et latin et rejoint les Soeurs de la Providence à Champion (Henac actuellement ?). Son diplôme obtenu, il travaille un an à l’ITN à Namur puis s’envole pour le Rwanda qu’il quittera en plein génocide malgré son envie de rester auprès de la population en souffrance.

Pendant 25 ans, il se partage entre différents établissements scolaires en Belgique et des activités indépendantes.C’est aussi le temps pendant lequel il verra sa fille grandir.

C’est en 2015 qu’il retrouve l’Afrique pour le compte d’une ONG au Bénin. En 2018, l’occasion lui est donnée de reprendre le chemin des salles de classes en République démocratique du Congo pour l’école belge de Lubumbashi. Actuellement, il y est toujours mais pour le compte de l’établissement français Blaise Pascal. Ecrivain à ses heures, il travaille aussi comme correcteur pour différents magazines en RDC et est à la tête de plusieurs projets concernant l’éducation.

Ces histoires ont commencé en 2013 parce que ma vie a pris une autre (dé)route… et elles se sont poursuivies au Bénin et se promènent actuellement en République Démocratique du Congo plus précisément à Lubumbashi.

fouAlliant, tant bien que mal, le second degré et davantage, je les assaisonne, les pimente, les acidule pour mon propre chef mais si vous en prenez connaissance, c’est un peu mon égo qui en sera flatté (L’ego n’étant pas une marque de jouets n’en déplaise à certains).

Elles font sourire, rire, pleurer, râler. Elles suscitent des commentaires (ou pas). Je les écris à la lueur de l’actualité, d’un moment flash. Elles sont parfois sans queue ni tête. Elles font néanmoins partie de mon personnage et je les assume.

Vous pouvez les partager, les commenter, les jeter, les moquer mais svp, évitez de les piquer (au nom des droits d’hauteur, mince quoi !)
#Untrubliondestempsmodernes

2 réponses »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.