Aller au contenu principal

Le futur est à nous, vraiment ?

Non, je ne vais pas vous parler de la série de Canal + dont on nous parle, à grands coups de pub, mais plutôt de mémoire interne et externe. Je n’ai pas de véritables réponses aux questions posées et que je me pose aussi. J’ai envie de vous dire que je navigue entre deux eaux, il y a à boire et à manger dans ce que la philo et d’autres spécialistes nous disent. C’est d’ailleurs amusant de constater que les philosophes sont rarement contredits (avis personnel). On s’y réfère souvent par des citations, des extraits sortis de leur contexte.

Que devient notre mémoire dite interne face aux ordinateurs, smartphones, serveurs, cloud et compagnie ? Ne devient-elle pas une coquille vide à force de tout léguer aux machines ? Notre intelligence ne risque-t-elle pas d’en pâtir également ?

La question ne date pas d’aujourd’hui puisque dans Phèdre, Phèdre et Socrate craignaient que l’écriture ne menace la pratique philosophique, puisqu’elle figerait la pensée et la trahirait inévitablement… Ce que je vous disais, en d’autres termes, plus haut.

Aujourd’hui, « entre les cerveaux des individus (où se logent les fonctions psychologiques, et non plus dans les cerveaux), on trouve des silex taillés, des stèles gravées et maintenant, des ordinateurs et des smartphones », dit aujourd’hui le philosophe Bernard Stiegler. Il ajoute également « de retrouver la diversité des savoirs et la singularité individuelle qui s’opposent à la standardisation par le calcul et les algorithmes en nous soumettant à la loi des moyennes et en effaçant toute exception ».

(…) l’avenir de la planète est gravement compromis. » L’incapacité à se projeter dans le futur provoquera pour Stiegler d’importantes « conséquences sociales en matière de paralysie et de délitement ».

Les propos de Francis Eustache ne sont pas beaucoup plus optimistes. « La machine des Temps modernes semble s’être emballée pour atteindre potentiellement, si nous ne réagissons pas, le point de non-retour. La rupture de l’équilibre en mémoire interne et externe constitue la principale préoccupation ; la réalité semble dépasser la science-fiction d’un homme vidé de sa substance mentale et in fine, de son discernement comme de ses capacités de (ré)action. »

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :