Aller au contenu principal

L’absurdie dans le monde professionnel

… OÙ ON NOUS DEMANDE TOUT ET SON CONTRAIRE !

« Pense à ta carrière… mais n’oublie pas l’esprit d’équipe », « exprime ta personnalité… mais tout en maîtrise de tes émotions », « sois inventif… mais ne pars pas trop loin non plus ». Toi aussi, tu as déjà entendu ce genre de directives à rendre fou au bureau ? Tu sais, celles où on nous demande tout… et son contraire ! C’est ce que l’on appelle plus couramment : des injonctions contradictoires.

Si ces dernières peuvent nous faire ricaner de par leur absurdité, mieux vaut s’en méfier ! Car à moins d’être Superman·woman, être tiraillé par ces ordres paradoxaux peut avoir de lourdes conséquences sur notre bien-être…  Alors comment y faire face ? Une réponse ci-après.

Welcome to the jungle

Débusquer la quadrature du cercle

Délicatement enrobé dans une novlangue managériale, l’injonction paradoxale ne saute pas toujours aux yeux. « Dans le monde de l’entreprise, il y a une perversion du langage. On joue souvent sur les mots. On préfère parler de “collaborateur” plutôt que “d’employé” par exemple, explique Aurélie Jeantet. Éviter d’appeler un chat, “un chat”, nous empêche alors d’analyser ce qui se passe de façon juste. » Baignant dans cette euphémisation, on accorde du crédit à cette parole bien présentée, qui de plus, est portée par nos managers. Et cela peut nous empêcher de percevoir leur caractère impossible. Pire, on peut trouver cette parole justifiée et nous-mêmes la véhiculer auprès de nos pairs ou pour soi-même, notamment en s’imposant des objectifs inatteignables.

Mais alors que faire pour ne pas tomber dans ce piège ? La clef est de se faire confiance en étant à l’écoute de ses signes émotionnels. Ressentir un trouble, des craintes, de la frustration doit nous mettre en état d’alerte. Le paradoxe crée un conflit intérieur, c’est différent du stress que l’on peut ressentir face à un nouveau challenge comme le précise l’experte du travail : « Un projet ambitieux peut nous faire peur, on peut appréhender de gravir la montagne qui se tient devant nous et c’est normal. Mais si on dispose du bon équipement et d’un temps raisonnable pour le faire, on y arrivera, même si cela demande de fournir plus d’efforts. En revanche, si on nous demande de la gravir en talons aiguilles, en une heure, on va ressentir de l’angoisse, cela va provoquer un malaise en nous. C’est cette petite voix qu’il faut écouter. » Et d’analyser les causes de son anxiété : est-ce que j’angoisse à cause de mes peurs personnelles ou est-ce que ça vient de la demande en elle-même ? Cela permet de mettre le doigt sur les injonctions abusives, c’est-à-dire celles qui ne peuvent être satisfaites.

En proie au doute ? Misez sur le collectif. En effet, en parler à ses coéquipiers est la meilleure façon de sortir de sa torpeur. « Il ne faut surtout pas rester isolé face à ces injonctions contradictoires, insiste la sociologue. Seul, on va avoir plus de difficultés à s’auto-persuader que c’est nous qui avons raison contre le discours qui vient d’une voix ascendante. Il ne faut jamais hésiter à en parler à ses collègues. » Dès qu’on se sent en difficulté, qu’on se trouve face à quelque chose qui nous semble impossible, le regard de nos pairs va nous permettre d’objectiver la situation et de valider le caractère inéluctable des demandes qui nous sont adressées. « À plusieurs, on va arriver à remettre les choses à l’endroit dans notre esprit, sortir de la confusion et éventuellement riposter ! », conclut-elle.

Résiste ! Prouve que c’est irréaliste…

Deux voies permettent alors d’entrer en résistance contre ces doubles contraintes anxiogènes :

1. La confrontation

Soit faire remonter les informations sur l’incohérence de la situation vécue auprès de la hiérarchie. Puis, entrer en négociation :

  • demander ce qui est prioritaire entre les demandes qui s’opposent
  • proposer un autre échéancier pour mener à bien ses missions
  • ajuster les conditions de travail pour exécuter tout ou une partie des tâches demandées, etc.

Et là encore, la force du collectif nous sera d’un grand secours. « Selon le contexte, partir seul à la bataille peut se retourner contre nous, explique Aurélie Jeantet. Cela peut être perçu comme une faiblesse, on peut taxer notre incompétence… Le fait d’être à plusieurs pour porter le message permet alors de dé-personnifier le problème. » Et d’augmenter nos chances d’obtenir gain de cause.

2. L’arbitrage personnel

Si on est bloqué face à une hiérarchie qui fait la sourde oreille, reste à nous en remettre… à nous même. On va soi même :

  • arbitrer les chantiers prioritaires
  • déterminer ce qu’on va “sacrifier”, au profit d’autres tâches
  • retraduire ses objectifs pour les rendre réalistes, etc.

Un rôle qui pourtant incombe aux managers, comme s’en désole la sociologue : « Par essence le rôle des directeurs, des sous directeurs, des chefs d’équipe… c’est justement de résoudre les contradictions que pose l’organisation du travail. Pour que les travailleurs, – ceux qui font concrètement le boulot (soigner, produire etc.) -, aient les moyens de le faire sereinement. Le problème c’est que bien souvent par manque de courage, de lucidité, ce travail d’organisation n’est pas réalisé à chaque échelon de l’entreprise. » Tout le monde se refile la patate chaude en somme, et les salariés doivent se débrouiller.

« Bienvenue en absurdie » avez-vous alors envie de clamer ? Sans doute, oui. D’ailleurs, opter pour l’humour, quand la situation le permet, est aussi une excellente façon de mettre en lumière les injonctions paradoxales, tout en les mettant à bonne distance. Un moyen de dénoncer l’illogisme dans lequel on doit tous naviguer au quotidien, tout en fédérant les troupes et en se faisant du bien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :