Aller au contenu principal

La chronique du 14 septembre 2022 : la lecture rapide, concept utile ou mode ?

Le hasard m’a fait rencontrer des tutos sur la lecture rapide : lire un ouvrage de 200 pages en 17 minutes en pratiquant certaines méthodes. OK, bon, où est le plaisir de la lecture ? Il existe même des championnats du monde ! Oui bon, je viens dans doute d’une autre planète. Désolé.

Je me suis mis alors en quête de l’objectif poursuivi en la matière et, merci google, futura-sciences et Julien Hernandez m’ont donné les infos recherchées. Je vous livre ici le lien de l’enquête et vous « copie » la conclusion. Chacun y trouvera de quoi dire. Personnellement, vous aurez compris que je n’en suis pas fan.

Julien Hernandez, journaliste scientifique, a en 2021 sondé « le marché » et questionné des spécialistes.

Enquête : que dit la science sur la lecture rapide ? (futura-sciences.com)

La conclusion de l’enquête : la clé du succès : lire beaucoup et lire de tout

Alors, que faut-il conclure de toutes ces informations ? Plusieurs choses sont à noter. La première, c’est que l’affirmation centrale de la lecture rapide est un mensonge. Aucune des méthodes présentées par les coachs en lecture rapide ne permet d’améliorer votre vitesse de lecture sans impacter durablement votre compréhension. La deuxième, c’est qu’il faut adapter sa lecture à son objectif de lecture. On peut accepter de faire des compromis entre vitesse et compréhension, tout dépend de la raison qui nous amène à lire un texte. Est-ce pour en comprendre les moindres détails ? Est-ce pour avoir une vague idée du sujet ? Est-ce pour rechercher une information précise au sein de ce texte ? Tant d’objectifs qui peuvent être optimisés.

Lorsque nous cherchons une information précise dans un texte, il peut être utile de savoir détecter rapidement les titres, analyser la structure des paragraphes ou rechercher des mots-clés pour localiser des informations potentiellement pertinentes et, in fine, lire attentivement le passage qui nous intéresse. Aussi, être actif dans le processus de lecture en prévoyant ce que l’auteur va dire ou les contre-arguments peut être très intéressant. Cela est bien plus utile que de faire des zigzags qui ne servent strictement à rien. Quand nous voulons comprendre rigoureusement un texte, nous pouvons aussi rendre le processus plus agréable et plus fluide. Pour cela, pas de recette miracle : il faut lire beaucoup et lire de tout. Cela participera à améliorer plusieurs choses. Tout d’abord l’effet de fréquence. En effet, plus un mot est intégré dans notre lexique courant, moins on va le fixer. Ensuite, la pluralité des contextes et des structures que nous rencontrerons pourra améliorer nos connaissances et notre capacité à réaliser des inférences cohérentes.

Enfin, lorsqu’on souhaite gagner un temps considérable dans le temps de lecture, il faut devenir expert d’un domaine. Cela met bien en évidence le fait que, pour lire un peu plus vite, ce sont bien nos capacités cognitives de compréhension qu’il faut améliorer et non pas nos capacités oculomotrices qui sont automatisées et considérablement déterminées par la composition biologique de notre œil. En outre, même si notre vision pouvait être améliorée, nous ne lirions pas nécessairement plus vite. « Plus nous allons lire, plus nous allons accéder rapidement aux mots et à leur sens. Ce qu’il faut viser, c’est l’amélioration de la compréhension, pas celui du contrôle oculomoteur », conclut Saveria Colonna.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :