Aller au contenu principal

La chronique du 12 septembre 2022 : le diable s’habille en Prada

Clinquante comme un sou neuf et donc toujours tirée à quatre épingles, la belle allait et venait au gré de ses envies sponsorisée qu’elle était par un généreux époux. Derrière cette façade se cachait pourtant une matrone sans vergogne, hissant haut son mépris de la condition humaine.

Adepte du principe colonialiste d’une lointaine époque, elle régnait sur son petit monde donnant ainsi une bien triste image à sa progéniture qui, ne voyant que ce côté des choses, allait sans doute suivre le même chemin.

Son mari, elle le grugeait aussi, s’assurant ainsi « un au cas où… » digne des jeunes ex-pucelles qui trainent sur les trottoirs de la capitale et qui, une fois embarquées, tentent de prendre, voire même de dérober, tout ce que le pigeon de service  a en sa possession.

Un portrait bien détestable et détesté que bon nombre dépeignaient en levant les yeux au ciel espérant y voir une pieuse et cependant vaine éclaircie. Oui, le diable s’habille bien en Prada en ce bas monde se lançaient les quelques fans de cinéma qui connaissaient la darone…

Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :