Aller au contenu principal

La chronique du 29 août 2022 : frelatée comme jamais

D’une élégance digne d’un char d’assaut de la dernière guerre, elle dodelinait du popotin de manière très chaotique sans que le chemin difficile emprunté en soit responsable. Persifleuse, croyant être aguichante, mais juste aguicheuse, elle se pourfendait de joyeux bonjours. Ils sonnaient cependant faux, sa langue de vipère aidant. On ne l’approchait pas, c’était temps galvaudé.

Pourtant, elle aurait aimé plaire. Quel était donc ce sombre destin qui l’empêchait de trouver chaussure à son pied ? Rares étaient ceux qui lui lançaient des fleurs, nombreux étaient ceux qui lui adressaient le pot !

Frelatée comme jamais

Il est vrai qu’elle n’était que fard, maquillage et ravalement de façade complètement dénaturée. On la laissait crier à son aise, brailler, s’époumoner même. Elle aimait ça, la bougresse. Une vraie caisse de résonance pour ceux qui la connaissaient.

Onguents, crayons, poudre de riz, flacons d’odeurs ; tout y passait y compris les heures devant son miroir sans pour autant que ce dernier ne se décide à lui répondre. Plus belle, poubelle… Les mots lui manquaient.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :