Aller au contenu principal

La chronique du 28 août 2022 : le coq

Le jeune coq n’était pas encore arrivé à maturité qu’il recevait déjà les poules de la basse-cour, une espèce de remake du corbeau et du renard, bien que notre poulet n’avait rien à lâcher si ce n’est son orgueil qui aimait être flatté. Fier comme Artaban, comme un bar-tabac, comme un char-à-bancs (au choix).

On aurait aussi pu lui attribuer le rôle de la grenouille, mais le bœuf étant absent, cela eût été une perte de temps. Le vent et les circonstances, seule chose qu’il maîtrisait, en firent une girouette. Tout cela pour vous dire que, pour les œufs, il faudra encore patienter.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :