Aller au contenu principal

La chronique du 12 août 2022 : les Américains se soucient-ils vraiment de la RDC ou tentent-ils de (re)prendre la main sur les futures exploitations pétrolières ?

La question qui fâche. J’y réfléchis aussi, à ma manière.

L’importance du climat et de l’environnement : les politiques américaines fluctuent en fonction des présidents

Lorsque Trump est arrivé au pouvoir aux États-Unis en 2017, le pays est sorti de l’accord de Paris sur le climat et le Président a soutenu la reprise des forages de pétrole et de gaz de schiste, la production de charbon et la fin des protections des sites naturels.

En 2020, Joe Biden succède à Donald Trump. Le président démocrate remet le climat au centre de son mandat. Sur le plan international, Joe Biden souhaite que les États-Unis reprennent la main en tentant de contenir la Chine, dont l’influence sur la question environnementale s’est accrue pendant les années Trump. Pour ce faire, il annonce le retour des États-Unis dans l’accord de Paris. Les politiques américaines fluctuent donc en fonction des présidents.

Si l’arrivée du Secrétaire d’État Blinken à Kinshasa en ce mois d’août 2022 coïncide avec différents points à l’ordre du jour, celui sur la conservation de l’environnement a intéressé plusieurs spécialistes, souvent étranger d’ailleurs.

« Joe Biden souhaite que les États-Unis reprennent la main en tenant de contenir la Chine… »

Lors de son mandat d’ambassadeur, Mike Hammer, adepte des selfies et des punchlines, n’a eu de cesse de se mêler de tout ce qui se passait en RDC, tentant même de se faire passer pour l’ami des Congolais. Certaines paroles nous laissent cependant à penser que l’idée était tout autre, géopolitique et stratégies aidant.

« On sait que c’est difficile, mais, avec Tshisekedi, il y a une opportunité unique d’obtenir des avancées pour la RDC et pour les intérêts américains ».

« Les États-Unis sont attractifs et nous sommes perçus par les Congolais comme un bien meilleur modèle. La Chine exploite les ressources naturelles, en tire un profit considérable et ne développe rien pour la population »

Blinken arrive

Les échanges concernant la problématique à l’Est du pays, les conseils pour la tenue des élections sont anecdotiques quand il s’agit d’argent, même si le projet abordé semble noble.

Les enchères pétrolières et gazières

L’annonce de mettre aux enchères des zones potentielles d’extraction a surpris les analystes mondiaux et a mis les sociétés susceptibles d’être intéressées dans les starkings-blogs. De quoi précipiter la venue de l’émissaire américain à Kinshasa et pas uniquement pour des questions d’environnement (Hammer et Biden et leurs petites phrases sont claires à ce sujet !)

Faisant pression pour un réexamen des projets de la République démocratique du Congo de mettre aux enchères des parties de ses vastes forêts tropicales et tourbières, le secrétaire d’État Antony J. Blinken a annoncé que des responsables américains et congolais formeraient une équipe pour examiner le pétrole proposé -et-l’extraction de gaz dans ces zones.

« Nous avions des inquiétudes concernant l’annonce de la vente aux enchères de ces blocs d’exploration pétrolière et gazière (…) Certains des blocs empiètent sur les zones sensibles de forêt tropicale et de tourbières, y compris dans le parc national des Virunga et le parc national de la Salonga. » a expliqué Blinken. (Pour rappel, en novembre au sommet des Nations-Unies sur le climat, la promesse d’un soutien aux forêts du bassin du Congo d’un montant de 1,5 milliard de dollars avait été faite).

Last but not least, les responsables américains ont déclaré qu’ils auraient besoin de mettre au point les détails du groupe de travail avec le Congo. De quoi préparer une stratégie dite du sous-marin et de s’accaparer des lieux d’extraction ? L’avenir nous le dira.

M. Lutundula, Ministre des Affaires étrangères a aussi rappelé « qu’il y a des pays qui exploitent les richesses de la RDC depuis des années et ne respectent pas du tout la biodiversité ». Un appel du pied, si je puis dire.

Et ce n’est pas tout

Blinken a également évoqué l’amélioration de l’industrie minière, en proie à la corruption et destructrice pour l’environnement. Il a déclaré que les États-Unis voulaient travailler avec le Congo pour s’assurer que les sociétés minières ne se trouvent pas dans « une course vers le bas qui finira par nuire à l’environnement, alimenter les conflits armés. »

Ce qu’il se dit

On a beau crier au nationalisme et à la souveraineté, les USA ont l’ascendant moral, politique et militaire ainsi que les moyens de nuisance nécessaires pour imposer leur orientation. C’est ce qu’on appelle la « REAL POLITIK ». Si vous vous entêtez, vous consacrerez votre gouvernance à déjouer des coups d’État et à régler des conflits pendant que l’économie en pâtira.

Et la suite ?

La Chine et d’autres ne manqueront sans doute pas de réagir…

Un commentaire »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :