Aller au contenu principal

La chronique du 10 août 2022 : trop, c’est trop, je me meurs

Trop c’est trop ! Je ne peux plus concevoir la vie comme telle. J’ai pourtant tout mis en œuvre pour m’intégrer, me rendre disponible, utile. Quelle ingratitude, quelle déception. Je suis à bout, le courage et l’envie m’ont abandonnée.

Il y a peu encore, l’on me disait indispensable même si je sais que les cimetières en sont remplis. J’étais encore un critère de qualité. S’il est vrai que de simple au XV° je suis devenue compliquée au XVI° par pédantisme sans doute, j’ai tenté de m’adapter parfois contre mon gré, je l’avoue.

Là, las…lasse… Je suis fatiguée, usée. Les lettres m’en tombent, je n’ai plus cette force de poursuivre la quête qui m’avait été donnée : on me ridiculise, me bafoue, c’en est trop. Il n’y a pas que les ognons qui me font pleurer !

J’y croyais encore, mais les réseaux sociaux ont eu raison de moi…

Je meurs à petit feu laissant ma compagne grammaire seule, effarée elle aussi. Elle ne me survivra sans doute pas longtemps…

Signé l’orthographe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :