Aller au contenu principal

La chronique du 6 août 2022 : à la recherche du…

Temps perdu ? Dieu, ne suis-je pas Proust ou peut être heureux de ne pas l’être ; « combien de cathédrales restent inachevées ? » Imaginez la chose, il me faudrait « préparer mon livre minutieusement, avec de perpétuels regroupements de forces, comme une offensive, le supporter comme une fatigue, l’accepter comme une règle, le construire comme une église, le suivre comme un régime, le vaincre comme un obstacle, le conquérir comme une amitié, le suralimenter comme un enfant, le créer comme un monde sans laisser de côté ces mystères qui n’ont probablement leur explication que dans d’autres mondes et dont le pressentiment est ce qui nous émeut le plus dans la vie et dans l’art ». Ouf, je ne suis Proust.

A la recherche du like, du pouce levé

Sans entrer dans le marketing sociétal, j’ai apprécié quelques lectures sur le web et l’une d’entre elle a retenu mon attention (in Marie-Claire).

Si la reconnaissance fait partie de notre quotidien, elle s’est rapidement muée « virtuelle » depuis l’avènement des réseaux sociaux.

Que ceux qui ne se sont jamais gargarisés d’un léger sursaut de « likes » sur leur photo de profil, nous jette la première pierre OU « lève le pouce » (sic). Parfois futiles, parfois engagés ou encore intéressés : les « likes » n’ont pas toute la même signification.

  • « J’aime bien ce post »

On commence d’abord avec le « like » le plus basique : celui qui dit « j’aime cette publication ». La plupart du temps, il est distribué par un contact (plus ou moins proche de vous) qui partage certains de vos centres d’intérêt (type musique, cinéma, etc). Précision importante : ce « like » est parfaitement désintéressé et pourrait être traduit par l’onomatopée « yeah ». Mais heureusement : les « like » sont muets.

  • « Je te like, tu me like ? »

Deuxième type de « like » qui s’échange fréquemment sur les réseaux ? Le « donnant-donnant » ! Celui qui s’échange tacitement dans le petit monde très fermé de « l’influence ». En d’autres termes, ce like représente un échange de bons procédés : qu’importe ce que vous avez posté ou la qualité de la photo ! Certains « jusqu’auboutistes » vont jusqu’à proposer ouvertement cet échange dans les commentaires.

  • « Je m’en fiche, mais bon »

Le troisième type de likes que l’on croise fréquemment sur Facebook est le « like solidaire » ; comprenez celui qui est donné plus pour la personne qui poste que pour le post en lui-même ! Famille, ami(e)s très proches : le like solidaire s’offre sans arrière-pensée !

  • « On ne se voit plus depuis 15 ans, mais bravo »

Le quatrième « like » que l’on trouve sur Facebook est un boosteur de Karma ! Vous l’offrez à un contact très éloigné qui était dans le même lycée que vous par exemple, et dont vous n’avez pas de nouvelles depuis au moins 15 ans ! Oui mais voilà, même 15 ans plus tard : vous êtes contente d’apprendre qu’il se marie/a un bébé/ a trouvé un nouvel emploi. Et vous vous dites que se réjouir du bonheur des autres, et bien ça booste votre karma !

  • « Je vais prochainement te demander quelque chose »

Le type de « like » suivant est l’un des plus insidieux : celui qui s’échange uniquement par intérêt et qui signifie « je prépare le terrain car j’ai un service à te demander ». Maintenant que vous êtes au courant que la technique est dévaluée, essayez d’être plus discrète la prochaine fois.

  • « On reste amis » 

Ce 6e type de like concernent les ex et représentent bien souvent des tentatives bancales pour se racheter une conscience. Le vrai sens de ce like est « on s’entend toujours bien n’est-ce pas ? » et appelle quasi systématiquement un « pouce bleu » en retour. Sauf si vous voulez lui signifier que non, vous ne vous entendez pas si bien que ça.

  • « Coucou. Je suis là. Je t’aime bien. »

Cette avant-dernière signification est probablement connue de tous : le like-badinage virtuel ! Ces « likes » disséminés çà et là sur différents posts, souvent juste après l’ajout dudit contact, qui est vraisemblablement votre nouveau prétendant. Alors oui, ce ne sont que des « likes » mais avouez quand même qu’ils vous ravissent. A tel point que parfois, vous postez certaines photos ou chansons, uniquement pour obtenir « son » like à lui.

  • « Cette personne m’appartient. Pas touche »

Le dernier sens des like de Facebook est la mise sous scellé d’une personne, ou plus généralement une manière de dire au monde entier « cet homme/femme-là est le/la mien(ne), pas touche ». Alors oui, c’est surement un acte d’égoïsme, mais parfois mieux vaut prévenir que guérir !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :