Aller au contenu principal

La chronique du 5 août 2022 : nous sommes occupés

Nous sommes tous occupés, parfois même par des futilités au point de rater ce que nous ne voulons pas voir et croire, la sociabilité de nos enfants.

A l’heure actuelle, nous sommes tous occupés et ce pour différentes raisons, justifiées ou pas. Et si nous sommes occupés, les enfants doivent l’être aussi. Il fut un temps où ils jouaient dehors en apprenant la sociabilité, ce temps a été remplacé par le numérique : le temps en plein air a été remplacé par la technologie, la même qui a rendu les parents moins disponibles.

Victoria Prooday, ergothérapeute nous en parle (extrait)

Si vous voulez que votre enfant sache faire du vélo, vous lui apprenez à faire du vélo. Si vous voulez que votre enfant puisse attendre, vous devez lui apprendre la patience. Si vous voulez que votre enfant soit capable de socialiser, il n’y a aucune différence.

L’utilisation de la technologie en tant que «baby-sitting gratuit» n’est en réalité, pas gratuite du tout. Le paiement vous attend juste au coin de la rue. Nous payons avec le système nerveux de nos enfants, avec leur attention, et avec leur capacité de gratification différée. À côté de la réalité virtuelle, la vie quotidienne semble ennuyeuse. Lorsque les enfants viennent en classe, ils sont exposés à des voix humaines et à une stimulation visuelle adéquate, au lieu d’être bombardés par les explosions graphiques et les effets spéciaux qu’ils ont l’habitude de voir sur les écrans.

Après des heures de réalité virtuelle, les enfants ont de plus en plus de mal à traiter l’information dans une salle de classe car leur cerveau s’habitue aux niveaux élevés de stimulation procurés par les jeux vidéo. L’incapacité de traiter les niveaux inférieurs de stimulation laisse les enfants vulnérables aux défis scolaires.

La disponibilité émotionnelle des parents est le principal nutriment pour le cerveau d’un enfant . Malheureusement, nous privons progressivement nos enfants de ce nutriment.

«Mon fils n’aime pas les légumes.» «Elle n’aime pas aller se coucher tôt.» «Il n’aime pas prendre le petit déjeuner.» «Elle n’aime pas les jouets, mais elle est très bonne avec son iPad» «Il ne veut pas s’habiller tout seul.» «Elle est trop paresseuse pour manger toute seule.»

C’est ce que les parents me disent tout le temps. Depuis quand les enfants nous dictent-ils comment les éduquer? Sans une bonne alimentation et une bonne nuit de sommeil, nos enfants arrivent à l’école irritables, anxieux et inattentifs. De plus, nous leur envoyons le mauvais message.

Ils apprennent qu’ils peuvent faire ce qu’ils veulent et ne pas faire ce qu’ils ne veulent pas. Le concept de « devoir» est absent. Malheureusement, pour atteindre nos objectifs dans nos vies, nous devons faire ce qui est nécessaire, ce qui n’est pas toujours ce que nous voulons faire. Nos enfants savent très bien ce qu’ils veulent, mais ils ont du mal à faire ce qui est nécessaire pour atteindre leur objectif. Cela aboutit à des objectifs inaccessibles et laisse les enfants déçus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :