Aller au contenu principal

La chronique du 30 juillet 2022 : passer du coq à l’âne

Il m’arrive plus qu’à mon tour d’utiliser ce procédé sans aucune transition, « coke and a bull » disent les anglo-saxons… Bull, à croire qu’ils n’ont jamais vu un âne (sic).

Il est vrai qu’historiquement l’expression trouve ses origines au… Et puis zut, google est aussi votre ami, faites donc la recherche vous-même.

En vain, le coq à cette sauce (à l’oral, c’est plus facile à comprendre) est succulent, je vous défie de me dire le contraire. Quant au boudin à l’âne, il vous ravivera le palais également : ne dit-on pas deux connotations négatives s’annulent ? Boudin, âne, vous saisissez ?

Voilà, après vous avoir sorti mes casseroles du jour, je vous laisse à vos occupations.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :