Aller au contenu principal

La chronique du 11 juillet 2022: « c’est compliqué », expression consacrée en RDC

Elle se répand comme une traînée de poudre et à toutes les sauces dès que l’on souhaite clore une discussion tendue ou pour laquelle nos arguments sont faibles, dès qu’on ne souhaite pas utiliser le langage familier, voire argotique qui, eux, nous suggèrent « c’est la merde ».

Qu’y répondre ? Rien, absolument rien puisqu’elle décrit toute votre pensée du moment. Est-ce relatif ? Ne vous y méprenez pas, la réponse sera alors « tout est relativement compliqué ».

« Compliqué » est devenu un mot à la mode et pas qu’ici en RDC, il suffit de regarder la télévision, d’écouter la radio, etc.

J’aime ce qu’en dit Didier Pourquery, ancien rédacteur en chef de Libération, Le Monde, auteur du livre Les Mots de l’Epoque.

Prenez n’importe quel débat, télévisé ou en public. Il vient toujours un moment où l’un des participants, « monsieur-plus-malin-que-les-autres », fait une moue dégoûtée et déclare avec un air supérieur « excusez-moi, mais c’est quand même un peu plus compliqué que ça ». Il dit « compliqué ». Il ne dit pas complexe ou difficile ou subtil. Il dit compliqué.

Il est tentant d’aller voir d’où vient le mot « compliqué ». C’est assez éclairant. Quelque chose de compliqué est un dispositif qu’on a rendu compliqué ! Le verbe compliquer, très actif, vient du latin complicare qui signifie littéralement « plier en enroulant ». Une fois qu’on plié tout ça, on est embarrassé ; aussi, au figuré l’expression latine complica notio indique une idée confuse.

J’aime aussi beaucoup l’idée de « montres à complications »; ces merveilles d’horlogerie témoignent d’un art consommé de l’ajout. Car la complication, c’est l’ajout d’une fonction autre que l’heure et les secondes, par l’apport de pièces dans le même espace clos du boîtier. Une action humaine vient rendre compliqué un appareillage au départ assez simple. Une montre donne l’heure, une montre à complication peut vous indiquer les lunes et les marées. Quand je vois des élégants hommes d’affaires parisiens avec leur montres spécifiant les couchers de lune et l’instant de la marée haute, je me dis qu’il y a des gens qui aiment ce qui est compliqué. Et qui aiment que ça le reste. Même chose, au fond, pour tous ces experts qui vous coupent la parole d’un péremptoire « c’est plus compliqué que ça ».

Préférons ceux qui acceptent la complexité et s’appliquent modestement à la décrire de façon la plus claire possible. Après tout, complexe, vient du latin complexus qui est le participe passé de complector. Le verbe complector veut dire embrasser, comprendre, saisir, inclure. C’est un mot aimable, il me semble: il invite à saisir un ensemble composé d’éléments divers pour chercher à le comprendre honnêtement. Tout l’inverse de compliqué !

Ma conclusion ?

La langue française est quand même parfois bien perchée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :