Aller au contenu principal

Histoire courte (23): la rue parle

Elle se plaint, chante aussi : miroir du peuple ; on y pisse, on y conchie, on y vit. Ô la rue, dis-moi qui sont-ils, dis-moi qui suis-je ?

Tu n’as pas ton pareil pour manifester et jeter les pavés qui t’ornent à la figure des maux passants, tantôt parsemer tes abords de fleurs, lampadaires et bouteilles vides.

Tu véhicules, l’air de rien, un manque : c’est aux deux bandes, voire trois, que tu le dois. Si tu étais unique, tu te prénommerais sans doute ruelle.

Oui, tu peux te parer de tes plus beaux atours, de rôles parfois bien ingrats, mais souvent dépassée par ce que l’on te fait subir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :