Aller au contenu principal

« Lard » oratoire : parler pour ne rien dire !

Non, nous ne sommes pas en République démocratique du Congo.

Non, ce n’est pas le discours d’un politicien congolais ou de tout autre intellectuel.

Non… ‘fin, je me pose néanmoins la question.

Au lieu d’aller à l’essentiel, il est de coutume de pérorer avec oxymores, métaphores et consorts. Et ça emballe l’objectif d’une carapace dont une tortue ne voudrait pas. Remake de la grenouille et du bœuf ? Du corbeau et du renard ? Cette façon de pratiquer l’art oratoire m’exaspère ; c’est lourd, c’est gras, ça me gonfle le groin, même si l’on nous dit que tout est bon dans le cochon (l’art-groin-cochon pour celles et ceux qui n’auraient pas compris) !

J’ai donc fait appel à une « connaissance », il m’a alors envoyé son discours afin d’éclairer nos vessies et nos lanternes.

Parler pour ne rien dire

Parce qu’on m’a demandé de faire un discours, je vous signale tout de suite, mesdames et messieurs que je vais parler pour ne rien dire.

Oh ! je sais, vous pensez que « s’il n’a rien à dire… Il ferait mieux de se taire ! » Ouais c’est trop facile ! … mais c’est trop facile !

Vous voudriez que je fasse comme ceux qui n’ont rien à dire et qui le gardent pour eux ?
Eh bien, non ! Mesdames et messieurs, moi, quand je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache ! Je veux en faire profiter les autres !
Et si vous-mêmes, mesdames et messieurs, vous n’avez rien à dire et bien, on en parle, on en discute ! Je ne suis pas ennemi du colloque.
Mais, me direz-vous, si on parle pour ne rien dire, de quoi allons-nous parler ?

Eh bien, de rien ! … De rien ! Car rien, ce n’est pas rien ! La preuve, c’est que l’on peut le soustraire…

Rien moins rien = moins que rien ! Alors si l’on peut trouver moins que rien,
C’est que rien vaut déjà quelque chose ! On peut acheter quelque chose avec rien !

En le multipliant ! Une fois rien… C’est rien ! Deux fois rien… Ce n’est pas beaucoup ! Mais trois fois rien, .. Pour trois fois rien, on peut déjà acheter quelque chose. Et pour pas cher !

Maintenant, si vous multipliez trois fois rien par trois fois rien : rien multiplié par rien = Rien.Trois multiplié par trois = neuf. Ça fait : rien de neuf !

Bon. Allez, Parlons d’autres choses ! Parlons de la situation, tenez !
Parlons de la situation, sans préciser laquelle !

Si vous le permettez, je vais faire brièvement l’historique de la situation, quelle qu’elle soit ! Il y a quelques mois, souvenez-vous, la situation pour n’être pas pire que celle d’aujourd’hui n’en était pas meilleure non plus !
Déjà, nous allions vers la catastrophe et nous le savions…
Nous en étions conscients !

Car il ne faudrait pas croire que les responsables d’hier étaient plus ignorants de la situation que ne le sont ceux d’aujourd’hui !
D’ailleurs ceux sont les mêmes !

Oui ! La catastrophe, nous le pensions, était pour demain ! C’est-à-dire qu’en fait elle devrait être pour aujourd’hui si mes calculs sont justes !
Or, que voyons-nous aujourd’hui ? Qu’elle est toujours pour demain !

Alors, je vous pose la question, mesdames et messieurs : est-ce en remettant toujours au lendemain la catastrophe que nous pourrions faire le jour même que nous l’éviterons ?
D’ailleurs, je vous signale entre parenthèses que si le gouvernement actuel n’est pas capable d’assurer la catastrophe, il est possible que l’opposition s’en empare !

(Texte de Raymond Devos)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :