Aller au contenu principal

Elu.e.s – Parents – professeurs, il est (grand) temps !

J’ai longuement écrit sur l’enseignement, parfois maladroitement, parfois subtilement. Je me suis vu aussi traité de rêveur, de don Quichotte. J’ai encore cependant des choses à dire au vu de multiples lectures, d’une longue expérience de l’enseignement, de rencontres avec des parents. C’est en quelque sorte une conclusion que je vous livre.

Elu.e.s – Parents – professeurs, il est temps !

  • Donnons-leur le goût d’apprendre 

Corvée, calvaire même tels sont les mots entendus de la bouche de quelques jeunes pousses à l’école. Ajoutez à cela la peur de ne pas y arriver et vous aurez un tableau noir, qui pourtant se transforme parfois en tableau blanc grâce au dynamisme, à la créativité de certains professeurs.

Ces derniers ont compris qu’il fallait sortir des sentiers battus, des vieux schémas liant le travail à l’effort, le travail et la souffrance. Ils laissent une place à l’erreur, à l’hésitation. Ils associent aussi le travail au plaisir en encourageant, en valorisant, ce qui favorise l’épanouissement et l’acquisition de connaissance.

  • Mettons-les dans la position d’explorateurs

Nous, adultes, avançons en nous appuyant sur nos références acquises en les mettant en lien avec les nouvelles connaissances, il en va de même pour les plus jeunes. En partant de sujets que les enfants aiment, ils réalisent qu’ils peuvent alors apprendre en prenant du plaisir : la joie de comprendre, le plaisir de découvrir s’étendent aussi en dehors de l’école. Jeux, promenades, voyages, sports, lectures, films, réunions de famille, tout est bon. Laisser la place à l’inventivité, à la fantaisie permet assurément à la créativité de se développer.

  • Ne confondons pas apprendre et mémoriser

L’aptitude académique et la capacité de s’intégrer socialement sont les deux notions de base du système éducatif actuel. Cela se résume à l’apprentissage. La focalisation faite sur ce point nous fait oublier ce qui nourrit la compréhension. Oui, apprendre, c’est aussi découvrir, tenter, oser – j’aime particulièrement ce mot –, imaginer, se relier aux autres, faire fonctionner son corps, jouer avec les mots, créer, pas seulement mémoriser. « Attraper le monde avec son cœur, avec sa tête, avec son corps » en quelque sorte. C’est en substance ce que nous dit Audrey Akoun, thérapeute cognitivo-comportementaliste.

  • Misons sur leurs forces, pas sur leurs manques

L’impossibilité d’apprendre n’existe pas, il n’y a pas de fatalité. Voyez comment votre enfant apprend à marcher : il tombe, se relève, tombe encore, se relève à nouveau. En tant que parents, jamais nous ne lui dirons d’arrêter même si c’est long, nous l’encourageons, le félicitons. L’enfant qui ne réussit pas un exercice à un moment voulu y parviendra plus tard, sans doute par d’autres voies. Le soutenir est donc essentiel. Chacun d’entre nous a, sans nécessairement s’en rendre compte, utilisé et privilégié un profil d’apprentissage, quel que soit notre âge : le mode visuel, le mode auditif et verbal, kinesthésique en fonction de la situation. Tenons-en compte.

  • Accordons-leur du temps

Cessons de mettre systématiquement la performance en avant, nous allons tous à notre rythme, y compris et surtout les enfants. Un enfant ne sait pas aller plus vite que son cerveau le lui permet. De plus, être créatif, réfléchir, comprendre demande du temps.

  • Jouons avec les mots

Le rôle à jouer est en quelque sorte celui de « passeur de mots ». Pour un petit enfant, véritable éponge à mots, l’acquisition se fait tôt, qu’il s’agisse de mots simples ou compliqués. Le rôle des parents est donc essentiel. Il est inutile d’abêtir notre expression sous prétexte que les enfants sont trop jeunes pour comprendre. Développer la richesse du langage et la maitrise intuitive de la grammaire est un gage de pédagogie positive et si parents et professeurs s’y mettent ensemble, l’enfant en sortira grandi.

« Encourageons-les pour les efforts qu’ils fournissent plutôt que pour leurs facilités à apprendre ».

À lire également

https://lemondedefa.wordpress.com/?s=enseignement

https://lemondedefa.wordpress.com/?s=parents

https://lemondedefa.wordpress.com/2020/10/12/jai-pleure-oui-les-mecs-ca-pleure-aussi/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :