Aller au contenu principal

Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage

Avant de pouvoir jeter l’encre noire, parfois bleue, sur le papier, je dois quelquefois déployer toute la patience d’un Bouddha, patience d’ange que les maringouins n’ont pas lorsqu’ils vous transpercent de leurs dards pour leur propre plaisir. Vol, voire viol manifeste de mon espace charnel sur lequel, même la frappe, peu amicale cela va s’en dire, ne peut rien, le mal* étant fait. Étrange quand on sait que seule la femelle* pique.

Cette patience dont on doit faire montre dans nombre d’autres situations me fait aussi perdre mon sang-froid. Quel paradoxe pour l’animal au sang chaud qu’est l’homme ! Pourtant, il en faut ici. Elle est aussi associée à la persévérance, même si certains en jouent sachant néanmoins qu’ils n’ont pas toutes les bonnes cartes en main. Soit.

Gardons à l’esprit Jean de la Fontaine : « Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage » (Le lion et le rat). Autrement dit, il est inutile de s’énerver lorsque l’on est confronté à une difficulté. Il faut au contraire faire preuve de patience et agir posément.

*N’y voyez qu’un jeu de mots pourri.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :