Aller au contenu principal

Un autre 11 septembre…

11 septembre 2001 : funeste date, je le reconnais aisément. Je préfère cependant me souvenir du 11 septembre 1996 et d’un album de David Bowie. La musique devrait adoucir les mœurs, non ? Oui, bon, les b***, nichons, c*******, c’est pas le top, même mis dans leur contexte. Le rap a pourtant bien d’autres choses… à montrer (sic).

Pour en revenir à David et ce 11/09/1996, l’album est intitulé « Telling lies ». On pourrait y voir un hymne à Pinocchio, j’y vois juste un titre. J’ai donc phosphoré en préparant le café noir qui me sied dès le matin réveillé. Café noir, sucre blanc, mélange des saveurs et des couleurs aussi. J’aime, on ne le dit pas assez.

Oui j’aime. J’aime à lire vos historiettes, j’aime à écrire les miennes aussi, même si vous les trouvez parfois un peu longuettes. Résumer n’est pas aisé, ni ma tasse de thé. J’aime le café, je vous l’ai déjà dit et répété. Je m’égare.

Une historiette, un bon (mauvais) jeu de mots m’apparaissent bien plus savoureux qu’un article de presse. En 1930 déjà, Victor Méric, dans les compagnons de l’Escopette, disait ceci du journalisme : « Le métier est fichu. Plus moyen de trouver une tribune où l’on puisse s’exprimer librement… Alors quoi ! De basses besognes, de la copie à tant la ligne, des échos sans saveur dont la plupart jonchent le fond des paniers ».

D’accord, on était en 1930, le monde a changé, n’est-il pas ? Oui, il a changé ! Voilà que je soliloque maintenant. J’ai sans doute changé aussi. Le journalisme aussi, un peu. Oui ? Non ?

En 2021, le journalisme a changé parce que les adeptes du métier sont plus nombreux. Adeptes, parce qu’au niveau diplômes et compétences… Non rien, je n’ai rien dit. Me taire ? Là, c’est plutôt difficile. Je n’ai donc pas changé. « On ne trouve pratiquement plus de tribunes où le journalisme s’exprime correctement (…) Je sais, il eût été préférable d’écrire « où les journalistes s’expriment correctement », mais la généralité n’est pas ma tasse de thé. Encore ? Un second café en passant… Je continue : « (…) ces mêmes tribunes sont consacrées au sans saveur, au people, aux chiens écrasés, à la recherche du buzz, au putaclic. À la décharge de cette presse (citron), il semble que ce soit à la demande du peuple – oui, que demande le peuple ? – si l’on s’en réfère aux commentaires engendrés par le type de publications dont je fais mention plus haut.

Vous me suivez toujours ? Pas trop long ?

Peuple, réveille-toi, prends un café, lève-toi… et marche (sic encore). Me voilà révolutionnaire, coup d’État en vue ? Non juste un état d’âme (Éric, es-tu là ?).

Allez hop, au café suivant et bonne journée les gens.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :