Aller au contenu principal

Il n’est point nécessaire d’être couturier pour tailler un costard !

Au XIX° siècle, tailler un costard à quelqu’un signifiait que l’on applaudissait sa prestation avant même qu’il ne puisse dire un mot. L’on faisait un triomphe à l’acteur en costard. Par ailleurs c’est à la cour de France qu’on taillait les plus beaux ne supportant guère qu’un oiseau de mauvais augure et son ramage ne vienne s’en prendre à votre plumage.

Depuis le milieu du XX° siècle, le sens péjoratif a définitivement pris le dessus. Tailler un costard à quelqu’un, c’est dire du mal d’une personne…

Et oui le langage familier a aussi ses richesses. « Habitué des courants d’air » que je suis (merci à Jacques Josse), il se pourrait que je puisse un jour le paraphraser.  

« Pardonnez-lui, il va tailler un costard aux… Meurtrir le cou des vieilles litanies sous la pression d’une corde qui serre. »

Le corbeau coasse désormais en Dolce Gabbana. C’est moche.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :