Aller au contenu principal

L’infidélité en République démocratique du Congo

En Août 2019, Prisca Lokale a publié sur actualites.cd un papier posant la question suivante : « Kinshasa : et si les autorités publiaient une liste d’hommes mariés pour réduire le taux d’infidélité ? » en prenant l’exemple du Gouverneur de la ville de Dar es-Salaam (Tanzanie), connu pour ses décisions controversées et pas toujours suivies, qui avait annoncé vouloir publier la liste des hommes mariés sur le site officiel du gouvernement, ceci dans le but de lutter contre l’infidélité.

Elle a alors posé la question aux kinois.

Florilège de réponses

Chez les femmes…

Une telle décision est utile dans la mesure où elle permet à toute la ville de connaitre le nombre exact et l’identité des hommes mariés. Mais, elle ne réduit en rien le taux d’infidélité. Certains hommes ne se sentent responsables que quand ils ont des maîtresses en dehors de leurs foyers. Ils savent bien les gérer. En plus, ils répondent à tous les besoins de leurs épouses légitimes. A quoi bon perturber sa vie avec cette publication s’interrogeait une maman de quatre filles, toutes mariées.

Qu’une telle annonce soit aussi faite en RDC. Ensuite, que la mise en œuvre de cette décision commence par Kinshasa. Cela aiderait nos époux à réduire le taux d’infidélité lançait une maman de 8 enfants.

Cette décision n’est pas du tout avantageuse pour les Congolais. Certains couples se sont limités uniquement au mariage coutumier. Ils n’envisagent pas le mariage civil ou religieux. Comment le gouverneur pourra-t-il publier une liste fiable ? L’infidélité est une question de volonté. Il y a ceux qui continueront à être infidèles, malgré cette publication disait, quant à elle, une étudiante.

Cette décision risquerait de briser certains foyers. Il y a de ces  couples légalement mariés puis séparés sans suivre la procédure normale de divorce. Plus tard, l’homme s’engage avec une autre femme qu’il épouse par le mariage coutumier. A la publication d’une telle liste, ce nouveau foyer peut  aussi être brisé disait alors une mère célibataire. 

Et chez les hommes ?

Les femmes sont aussi infidèles que les hommes. Si le gouverneur voudrait envisager une telle décision à Kinshasa, qu’il publie également la liste des femmes mariées. De cette façon, ils sauront qu’ils sont tous exposés et le taux d’infidélité va baisser en RDC justifiait un trentenaire marié.

Ce serait une mauvaise décision ! Quand on se marie, il y a toujours des personnes qui s’opposent à cette union. Mettre le nom d’un homme sur la place publique, disant qu’il est déjà marié peut susciter encore des jaloux pour un couple. Je ne soutiens pas cette idée prétextait un autre quelque peu gêné. .

Cette décision ne changerait rien du tout en RDC. Certains hommes mariés pratiquent l’infidélité bien qu’ayant un anneau sur le doigt, les femmes mariées font de même. En quoi une telle décision va réduire le taux d’infidélité ? C’est un passe-temps ! D’ailleurs, certaines femmes ne naviguent pas sur internet poursuivait un autre.

Bien qu’il soit une autorité de la ville, le gouverneur de Kinshasa ne pourra pas publier des informations confidentielles sur un individu sans son aval préalable. Nous sommes un Etat laïc, autant une personne est libre de choisir ses convictions religieuses, autant il est libre de vivre avec une seule femme ou non. Loin de Kinshasa, la Tanzanie est un pays où la religion dominante est l’islam, je ne vois pas pourquoi on interdirait à un homme d’avoir des maîtresses affirmait X.

Des avis bien différents, parfois bien tranchés également.

Et en POLITIQUE ?

Nous voici dans le nœud du problème : l’infidélité politique ! Elle n’est pas exclusivement congolaise, ne vous méprenez pas. Et puis, qui ne craquerait pas pour une « belle » (gardez l’humour et la dérision à l’esprit, merci !)

ELLE & LUI

Elle le regardait intensément, ses formes généreuses parlaient pour elle. Lui, malgré sa fidélité jurée, n’était pas indifférent. Après plusieurs appels (de phares et de circonstance), il craqua. Il laissa donc son premier amour sur le trottoir et s’empara de la belle qu’on lui offrait sur un plateau. Elle s’appelait « JEEP ».

Oui, on peut encore rire de TOUT ! Enfin, je l’espère.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :