Aller au contenu principal

Lettre au Président !

« Ecrire au président est un acte citoyen. C’est en partageant avec lui vos idées et votre expérience, que vous rendrez possible le progrès que vous attendez. Votre message sera pris en charge par les équipes du Service de la Communication, puis transmis, le cas échéant, à un conseiller afin de permettre au chef de l’Etat ou à l’un de ses plus proches collaborateurs de vous répondre.» Extrait d’un site web d’un pays occidental…

Lorsque l’on écrit à un Président, certaines règles sont souhaitables : un ton respectueux en faisant part de votre considération pour le chef de l’Etat notamment. Il est aussi suggéré que vos propos tiennent en une page, qu’ils soient ordonnés pour une meilleure cohérence. D’autre part, il est conseillé d’éviter les propos menaçants ou les injures qui, de toute façon, ne lui seront pas transmis. Ils pourraient être signalés aux autorités de police.

J’ai donc pensé m’adresser à un Président en suivant ces règles essentielles. Le « en une page » étant celle de référence. Cher Président, je vous présente dès lors mes excuses pour l’absence de considération écrite. Elles resteront silencieuses.

Monsieur le Président, vous avez dit
Que tous ceux qui sont pour
Sont des gens avertis ;
Ce qui laisse à penser, d’autre façon,
Que tous ceux qui sont contre
Sont sans doute cons ;
Notre mission, sur cette terre,
Était d’en faire un paradis,
Pas un cauchemar
Or, nous y voici !

Monsieur le Président, je dois avouer, j’en suis !
Je suis de ceux qui croient en l’homme,
Et son génie ;
Mais qui décidément, n’ont pas compris

Que pour sauver le monde
Faut qu’il crève aussi ;
Nous ne voulons pas de ce monde,
Nous n’en voulons à aucun prix !
Et quant à moi,
Je vous l’aurai dit !

Monsieur le Président, je sais, c’est maladroit
Que de vous dire ainsi :
Vous n’avez pas le droit
De prendre seul un si grand risque en ce pays,
De décider tout seul,
Pour nous, pour nos petits ;
Quant à moi, j’veux pas qu’elle me dise,
Quand elle aura un peu grandi :

Tu n’as rien dit !

Monsieur le Président, moi je ne suis
Qu’un petit malappris,
Expatrié, insoumis,
Mais si ce petit mot, trop vite écrit,
Peut aider à combattre un peu
Cette folie,
Peut aider à faire comprendre
Que ce qui importe, c’est la vie,
Je sais qu’un jour,
Je serai béni * !

Adaptation libre de la chanson d’Alain Barrière «  Lettre au Président » avec un changement de deux ou trois mots pour la circonstance.

*béni, #BENI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :