Aller au contenu principal

L’enseignement en RDC : des intentions, des chiffres, des textes et peu de clarté !

Florilège d’actes, d’intentions et de promesses. Mais en réalité, qu’en est-il ?

2019, il se dit que le salaire moyen de l’enseignant est passé de 90$ à 207$. La gratuité de l’enseignement de base, l’une de promesse de campagne du Président de la République, a été lancée en septembre 2019. Tous les frais ont été supprimés dans les écoles primaires, notamment la prise en charge des enseignants et du fonctionnement des écoles par les parents.

Le 14 décembre 2020, le président Félix Tshisekedi a fait l’état de lieu de la mise en œuvre de la politique de gratuité de l’enseignement de base, à l’occasion de son discours sur l’état de la nation.

En 2020, grâce à l’application de l’article 43, environ 4 millions d’enfants ont été scolarisés, 230.536 enseignants (nouvelles unités) payés, a indiqué Félix Tshisekedi devant le congrès. Et d’ajouter, “ à travers cette politique le salaire de base de l’enseignant a atteint le seuil de 100 dollars, avec la réduction des charges des parents ».

Sur le terrain, la réalité est toute autre. Les enseignants ont  perdu environ 20% de leur pouvoir d’achat depuis janvier 2020, à cause de la fluctuation du taux de change. 160.000 FC, qui représentaient 100 USD en janvier 2020, aujourd’hui cela équivaut à 80 USD. A une certaine époque, le salaire minimum d’un professeur d’université débutant était de 1.800.000 FC avec un taux était de 920 francs pour 1 dollar américain. Aujourd’hui le taux est de 2000 francs pour 1 dollar. A l’intérieur  du pays, de nombreux enseignants affirment bénéficier moins de 100 USD, malgré la mise en œuvre de  la gratuité de l’enseignement.

Août 2021, lors du sommet sur l’éducation de Londres, la RDC, par la voix de Pr Tony Mwaba Kazadi s’est engagée à accroître le budget du secteur de l’éducation à hauteur de 22 % du budget national.

Sur le terrain, des parents continuent de pays un tas de frais scolaires dont le minerval.

2 août 2021, Le ministère de l’enseignement primaire, secondaire et technique (EPST) a , en grandes pompes, mis quelques enseignants de « hauts grades » à la retraite via une prime de 13 mois de salaires (2500$), chacun recevant en plus un congélateur et une promesse de garantie de soins de santé et d’une rente de survie mensuelle.

Et les enfants dans tout cela ?

Intentions, chiffres et peu de clarté quand on sait que L’éducation est un puissant agent de changement. Elle améliore la santé et les moyens de subsistance, contribue à la stabilité sociale et stimule la croissance économique à long terme. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :