Aller au contenu principal

L’histoire va-t-elle nous repasser les plats ? Recette de cuisine d’autrefois…

La cuisine, cet art noble auquel nous nous essayons avec des degrés bien différents de réussite. Parler de cuisine alors que l’Horeca se meurt est sans doute dur à avaler – facile, celle-là -, mais force est de constater que certains sont passés maîtres dans l’art de nous concocter des mets aux saveurs que notre palais ne risque pas d’oublier, d’autres nous font regretter la cuisine de maman et de grand-maman et d’autres encore nous repassent les plats, parfois mythiques, à la manière de l’histoire. Respirez, la précédente phrase était quelque peu longuette.

Un peu comme l’histoire : voyez-vous où je veux en venir ? Non ? Oui ? Oui ? Non ?

Allez zou, je vous emmène quelques siècles en arrière au temps du tiers état, de la noblesse et du clergé. La messe pourrait être ainsi dite pour les connaisseurs. À Dieu, adieu ? Ne faisons pas fausse route, les pavés c’était en 68 !

Nous voici au XVIII° siècle grâce à la mémoire à remonter le temps parce qu’en ce qui concerne la machine, on en est encore loin.

Ce siècle fut une sacrée soupe à la grimace ou une recette lumineuse en fonction du statut des uns et des autres ; une véritable révolution et, comme tout plat raffiné, elle nous vint de France. Tiens, « vin de France », amusant non ?

À l’époque, c’est la crise de foie pour la monarchie saucée de toutes parts qu’elle est par une espèce d’éclairage philosophique. Seuls les nantis parviennent encore à mettre du beurre dans les épinards et ça sent la fin des haricots pour la noblesse représentant 2% de la population, mais possédant toutes les richesses. De plus, les paysans – 85% de la population – en ont ras la patate de manger les pissenlits par la racine. C’est de ces ingrédients principaux qu’est issue la recette intitulée comme énoncé plus avant « révolution française ».

De cette recette, on en gardera d’ailleurs quelques saveurs : la tête de veau sur un plateau ou dans un panier en fonction du statut que vous aviez à l’époque, la prise de la Bastille – si vous n’étiez pas au courant -, une Déclaration des Droits de l’Homme toujours d’actualité et peu respectée, la liberté, l’égalité, la fraternité et, la choucroute pour éventuellement remplacer la fraternité (comprenne qui pourra).

L’histoire repasse les plats

2021 semble avoir un « violent » parfum de cette recette, elle en deviendrait presque mondiale. Si la guillotine ne sert plus que pour le cigare, le peuple en a cependant marre. Des têtes tomberont cependant… Quant à la révolution, c’est une autre histoire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :