Aller au contenu principal

Il est des renCONtres qui…

Il est des renCONtres qui…

Tous les jours vous croisez des regards, vous rencontrez des personnes et ce sans vous arrêter. Parfois, au gré d’une conversation, vous vous découvrez des aspirations communes comme une envie de refaire le monde. Et pas toujours au coin d’un bar !

Cette envie de changer le monde vous fait pousser des ailes et vous vous envolez du nid en espérant le rejoindre plus tard plein d’espoir. Parfois, cela fonctionne, parfois cela échoue sans pour autant vous faire plonger du nez.

Cette envie de changer le monde jusqu’alors théorique peut, pour certains, prendre un chemin plus concret au grand dam de « l’autre » qui pense rester à quai, abandonné. C’est la vie. Ce qui est dommageable, c’est que cette personne, se disant abandonnée, croit dur comme fer que vous lui avez planté un couteau dans le dos et s’en va alors vous salir. Que d’autre choix alors que d’effacer au maximum ce qui vous relie à ce projet et de couper les ponts.

« Chacun sa route, chacun son chemin »

Il a donc poursuivi sa quête tandis que j’en faisait de même. Je, oui c’est moi. L’autre, sans doute en mal de notoriété ou pour quelques raisons obscures, s’en est pris, à nouveau, quelques longs mois après et dernièrement, à ma personne alors que mes préoccupations sont bien lointaines : accusations, menaces, diffamations. Ce monsieur, car je refuse de l’affubler d’un nom d’oiseau, pense encore que je suis un vilain corbeau – là c’est moi l’oiseau – et envoie ses pauvres sbires au front… Le loup hurle et ses moutons suivent. Triste.

Tout cela vaut-il le dépôt d’une plainte ? Je ne le pense pas. Je souhaite bon vent à cette personne en espérant cependant que l’arbre qui cache la forêt ne devienne pas une mauvaise blague pour les personnes qui croient non pas en lui mais en son projet.

Bises au chat

Ah oui j’oubliais : « Les réseaux sociaux ont donné le droit à la parole à des légions d’imbéciles qui avant ne parlaient qu’au bar et ne causaient aucun tort à la collectivité. On les faisait taire tout de suite. Aujourd’hui ils ont le même droit de parole qu’un prix Nobel ». Umberto Eco

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :