Etats d'âme

Attendons que le vent se calme…

Elles virevoltaient dans le ciel, ces hirondelles. Aucun avion, aucun chemtrail. Elles se jouaient des nuages, eux, qui avaient eu raison de l’orage. Le ciel reprenait ses couleurs, d’un azur bleu que jalousait le soleil.

De bleu, au sol, question il était également : deux « casques » se livraient bataille pour un territoire. A conserver, à conquérir.

Dans la cuisine, on s’affairait au repas du soir. Je quittai la pièce et m’isolai sur la terrasse cherchant à la fois calme et fraîcheur.

Quelle étrangeté que celle d’être tourmenté entre guerre et paix ! Paix de l’âme et de l’esprit confrontée à l’envie de prendre le rôle de Don Quichotte et de se battre contre des moulins. Je ne suis pourtant pas encore fou.

Les moulins attendront, nous les surprendrons plus tard au moment où le vent sera devenu aussi faible que leurs fondations…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.