Portraits d'Afrique

Benjamin Mbenga, artiste plasticien

Quand on est jeune, on ne rêve pas nécessairement de devenir artiste dans un monde qui ne reconnaît pas toujours correctement la profession. Benjamin Mbenga, connu aussi sous le pseudo Bzk la Légende, a pourtant fait ce choix.

Benjamin MBENGA, né en 2001 en République démocratique du Congo, est un jeune autodidacte bourré de talents et d’imagination. Autodidacte parce qu’il n’a eu besoin de personne, dès l’âge de 4 ans, pour apprendre à dessiner. Talentueux, parce que tout ce qu’il essaie se transforme en réussite. Espérons que cela puisse se transformer en or sous peu et qu’il parvienne à vivre décemment de son art.

Benjamin, du dessin d’enfance à l’école des Beaux-arts, ta voie était donc toute tracée ?

BM – Je n’ai jamais eu d’autre idée que celle-là dès mon plus jeune âge. On peut en effet dire que mon chemin était tracé. L’école des Beaux-arts m’a permis de parfaire mes connaissances et d’améliorer mes compétences. L’université de Kinshasa fut pour moi l’endroit idéal.

Tu es donc sortir de l’université avec un diplôme en main et la tête pleine de projets ?

BM – Je suis effectivement sorti de l’université avec un diplôme en arts plastiques et, du dessin d’enfance, j’ai évolué vers la reproduction d’œuvres et diverses formes d’illustrations. L’amour des couleurs m’a alors poussé vers la peinture.

Quels sont tes thèmes de prédilection ?

BM – Mes réalisations sont l’expression de mes sentiments face aux souffrances de mon continent (l’Afrique) et face à celles de ses habitants, y compris les afro-descendants. C’est aussi le moment qui développe chez moi l’idée. Ce qui se passe aux États-Unis est source d’inspiration.

Un rêve à nous partager ?

BM – L’espérance qu’un jour cette souffrance puisse se terminer.

Un petit mot sur le projet PAGNETERIE que tu mènes actuellement ?

BM – La pagneterie est un style que j’ai développé : la fusion du pagne et de la peinture. Actuellement, je réalise des expositions en ligne sur les réseaux sociaux (mes œuvres sont d’ailleurs en vente). Avec cela, j’espère un jour conquérir le milieu artistique du monde entier.

Ce qui m’a motivé à travailler avec ces matières c’est que les utiliser est une façon de me rapprocher de ma culture. Ils sont un mélange unique de couleurs et de motifs variés, à l’image de mon continent. En travaillant et jouant avec les pagnes, je touche littéralement du doigt ma culture africaine.

Souhaitons-lui franc succès ! #lemondedefa #FabriceSalembier

2 réponses »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.