Etats d'âme

Esprit critique : réadoptons-le, histoire de lutter contre l’obscurantisme et le complotisme !

L’esprit critique, qu’est-ce que c’est ?

D’abord, l’esprit critique est par définition, l’association d’un « esprit » et d’une attitude « critique ».

C’est la combinaison d’un état d’esprit/posture intellectuelle avec un ensemble de bonnes pratiques/d’attitudes permettant de la nourrir et de la renforcer.

L’objectif d’avoir un esprit critique n’est pas de réfléchir plus mais de réfléchir mieux. Pour, in fine, être en mesure de penser de manière rationnelle et autonome.

Concrètement, il s’agit d’adopter une pensée de « mise en doute », pour n’accepter pour vraie ou réelle aucune affirmation ou information sans l’avoir au préalable examinée. Que ce soit par le biais de sa raison, d’une documentation approfondie sur le sujet ou encore d’une démonstration logique.

De plus, cela permet de se préserver de toute amalgame simpliste, de toute généralisation hâtive, de toute idée reçue, ou encore de toute certitude qui seraient le fruit de croyances ou d’énoncés sans preuves.

Enfin, si l’on veut être totalement précis, il ne faut pas confondre « esprit critique » et « pensée critique » qui ne sont pas synonymes.

La pensée critique inclut l’esprit critique en tant qu’attitude ou plus précisément comme un ensemble d’attitudes qui poussent l’individu à avoir tendance à être critique.

Enfin, concrètement, l’esprit critique peut vous être utile au travail dans 2 situations :

  • Pour vous challenger et trouver des solutions alternatives à une problématique.
  • Pour tirer parti d’un échec, l’analyser, apprendre de vos erreurs et « grandir ».

5 conseils pour développer votre esprit critique

Avoir un esprit critique demande de la discipline, mais aussi du temps et de l’attention. Pour acquérir et entretenir cette compétence, plusieurs bonnes pratiques sont à votre portée :

1. Comprenez comment vous fonctionnez :

Tout jugement humain est subjectif. Aussi, avant d’analyser ce qui vous entoure, commencez par prendre le temps de comprendre comment, vous, vous fonctionnez.

Méfiez-vous de vous-même ! De quelle façon vous raisonnez ? Quels sont vos biais ? En quoi ceux-ci peuvent-ils éventuellement affecter votre jugement ?

En effet, essayez de prêter attention à vos « distorsions cognitives » (choses qui peuvent vous faire voir le monde de manière biaisée) qui auraient tendance à limiter, inconsciemment votre pensée critique. Par exemple, si vous avez tendance à faire preuve de négativisme (attitude négative, de refus), à sur-généraliser trop rapidement, etc.

L’objectif : en comprenant comment vous fonctionnez, et à être critique avec vous-même, vous serez plus en mesure d’en tenir compte. Pour détecter d’éventuels biais de pensée et élargir votre façon de penser.

2. Aiguisez votre capacité à remettre les choses en question

Apprenez à ne pas considérer une information comme vraie avant de l’avoir étudiée vous-même, même si cela peut vous demander du temps et de l’énergie.

Pour commencer, ne soyez pas trop définitif(ve) dans vos réflexions. Remettez en cause toutes vos suppositions, qui sont la base de l’esprit critique. Beaucoup peuvent s’effondrer par une analyse un peu plus poussée. Par exemple : pourquoi pensons-nous échouer alors que nous n’avons même pas encore essayé ?

Evitez aussi les termes définitifs comme “jamais” et ne les utilisez que lorsque vous êtes absolument certain(e) de ce que vous dites.

Enfin, écoutez votre instinct et enquêtez sur les informations pour lesquelles vous pouvez avoir un doute. Si vous n’êtes pas entièrement satisfait(e) de l’explication recueillie, demandez à votre interlocuteur de développer sa réponse. Si, à l’inverse, un fait vous paraît exact, lisez davantage à son sujet ou bien faites-en l’expérience vous-même.

L’objectif : en développant un « art du doute », vous pourrez juger plus rapidement, en écoutant votre instinct, si une information mérite d’être analysée plus en profondeur ou pas.

3. Ne vous limitez pas à une seule option :

On est rarement limité(e) à un seul choix ou option. Par définition, toutes les informations qui nous arrivent sont incertaines parce qu’elles ne sont pas encore vérifiées.

Aussi, face à une problématique, ne négligez aucune hypothèse, déterminez toutes les solutions qui sont à votre portée mais essayez de les graduer selon leur degré de probabilité.

Vérifiez-les ensuite en fonction des informations que vous arriverez à glaner. Cela vous permettra de faire face de façon plus habile aux réflexions du quotidien.

L’objectif : en étant sceptique par nature, vous serez capable d’identifier toutes les solutions possibles à une problématique, et de n’en négliger aucune.

4. Apprenez à raisonner

Face à une situation difficile ou complexe, adoptez une attitude constructive, ciblée et adaptée. Faites preuve de méthode et adoptez plus précisément un raisonnement « hypothéticodéductif » qui vous assurera à coup sûr de ne pas porter un jugement de façon inconsidérée.

Concrètement, à partir de votre croyance de départ, posez votre hypothèse. Puis identifiez et observez, en vous appuyant sur des connaissances et des contraintes pertinentes, les explications causales, vérifiables, qui en résultent. Cela vous permettra de conforter ou éventuellement de réévaluer votre hypothèse de départ.

L’objectif : en vous appuyant sur cette méthode rigoureuse, ne déduisez plus de conclusions à partir d’hypothèses mais bien en fonction d’observations et de réflexions réelles. Pour apprendre à réfléchir de façon autonome et critique.

5 Ouvrez-vous aux autres !

Aucune idée ou opinion n’est bonne ou mauvaise. Pour développer votre esprit critique, mettez-vous à la place des autres ou bien sollicitez leur avis.

Cela vous permettra notamment d’obtenir et de considérer un nouveau point de vue qui pourrait changer ou remettre en perspective votre opinion. Et auquel vous n’auriez pas pensé de prime abord.

De plus, entourez-vous ou rapprochez-vous d’experts, de personnes compétentes dans un domaine pour vous imprégner et développer davantage votre esprit critique sur le sujet.

L’objectif : en vous ouvrant à une palette d’opinions et de façons de penser vous serez davantage en capacité de développer votre esprit critique.

Conclusion

En conclusion, adopter un esprit critique est important au travail. Mais également dans votre vie personnelle. Cette compétence se travaille, et ce, dans l’idéal, dès l’enfance pour apprendre dès le départ à raisonner par soi-même, à se forger sa propre opinion, à lutter contre les préjugés ou toute forme d’intolérance, etc.

Catégories :Etats d'âme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.