Etats d'âme

Les mots peuvent heurter, tuer même !

« Ils mettent parfois sur sel sur nos plaies avec tellement de #haine… »

Réseaux sociaux

Alors que de plus en plus de personnes ont les nerfs à fleur de peau, et ce pour diverses raisons sans doute exacerbées par la pandémie dont on ne sait plus quoi penser, alors que les insultes pleuvent comme jamais malgré la saison sèche dans certaines parties du globe, ceux qui ont la chance d’aller à l’école ont repris le collier bon gré mal gré. Comme nous, ils entendent, écoutent, voient ce qui se passe dans le monde et principalement via les réseaux sociaux où, lorsque vous émettez un avis contraire, vous vous soumettez au feu d’un vocabulaire au ras des pâquerettes, à des insultes vomies par quelques adultes décérébrés n’ayant sans doute pas eu la chance d’une éducation correcte ou par méchanceté gratuite de jeunes n’ayant pas encore la perception des maux que cela peut engendrer.

Education

Lorsque j’entends « c’est par l’éducation que les mentalités peuvent évoluer, que c’est à l’école qu’il faut apprendre que nous descendons tous de la même mère. Et que la beauté et la force d’un pays, c’est sa diversité« , j’aime à préciser, et ce sans insulte, que l’éducation se fait aussi « at home » et, comme déjà écrit à maintes reprises, que si nous voulons une meilleure société, il est important que les #enseignants et les #parents collaborent. Pour cela la #confiance doit être restaurée, car, avouons-le, cette confiance s’effiloche au fil des ans et la crise que nous connaissons n’arrange pas les choses.

Comment sinon expliquer le harcèlement scolaire qui ne cesse de se propager ? Le raccourci peut vous sembler osé, c’est en tout cas, ce qui me vient à l’esprit au moment où je vous propose ma réflexion. La confiance, la collaboration…et l’action permettront de mettre à mal cette nauséabonde pratique.

Voilà pourquoi j’ai besoin que tu me parles de toi
Que tu me partages tes rêves et tes doutes
Que tu saches qu’on sera toujours là
Pour arracher les mauvaises herbes sur ta route…

Là, est ce à quoi j’aspire en tant que père, enseignant en reprenant les paroles du texte de Soprano…

Cependant…

Ce qui est aussi usant c’est qu’il est systématiquement demandé à l’école de « réparer » les erreurs commises, notamment, par des gouvernements qui fragilisent le citoyen, une société qui devient de plus en plus artificielle. Le citoyen, en tombant alors dans l’extrême, est aussi responsable. Nous sommes TOUS responsables…

Si l’école doit être la solution à tous les problèmes, qu’on lui donne les moyens et que ce qu’on y distille soit aussi développé dans la sphère familiale et dans la société… Rêve pieux ? C’est possible… Savez-vous que certaines grandes nations investissent 900 fois plus dans la défense que dans l’éducation ?

Cela ne changera cependant pas profondément grand-chose quant à l’avis que les gens peuvent avoir sur les phénomènes qui engendrent la haine/peur de l’Autre, mais ne dit-on pas que l’espoir fait vivre ? Je veux y croire en tout cas.

En attendant, je vous invite à la lecture et l’écoute du titre « fragile » de #Soprano

Elle était si timide et si fragile
Introvertie et si naïve
Au milieu de trente élèves trouver sa place n’était pas si facile
Pour elle de se faire des amis était quasi-impossible
Tu connais les gosses entre eux méchants quand ils ont trouvé leur cible
Ça commence par un surnom puis les mauvaises blagues s’enchaînent
Il met du sel sur les plaies de ses complexes avec tellement de haine
Qu’elle vit avec la peur quand elle voit son cartable
À la surprise générale, elle commet l’irréparable

Elle avait ce regard innocent qui n’attendait qu’à être aimé
Mais la vie fût autrement
Si fragile, tous ces mots ont fini par la briser
Elle qui ne voulait qu’être aimée

On vit l’époque du virtuel
Des tutos pour du Rimmel
Snapchat, Snapchat, dis-moi, qui est la plus belle?
Pour elle, être aimée c’est d’être likée
Donc elle s’entraîne devant sa glace à faire un selfie, filtre beauté

Quelques cœurs sur sa photo
Mais surtout des commentaires
Des moqueries, des critiques des insultes, des emojis pervers
Toute cette violence gratuite devient pour elle insupportable
Donc elle éteint son portable et commet l’irréparable

Elle avait ce regard innocent qui n’attendait qu’à être aimé
Mais la vie fût autrement
Si fragile, tous ces mots ont fini par la briser
Elle qui ne voulait qu’être aimée

Voilà pourquoi j’ai besoin que tu me parles de toi
Que tu me partages tes rêves et tes doutes
Que tu saches que ton père sera toujours là
Pour arracher les mauvaises herbes sur ta route
Qu’importe ce que dit ou pense le monde
Tu es la plus forte et la plus belle à mes yeux
Ne te laisse jamais rabaisser par les autres
N’oublie pas Qu’elle avait ce regard innocent qui n’attendait qu’à être aimé
Mais la vie fût autrement
Si fragile, tous ces mots ont fini par la briser
Elle qui ne voulait qu’être aimée

Laisser un commentaire