Etats d'âme

De vie à trépas

Il souffrait parce que ses enfants n’étaient pas nourris comme il l’aurait souhaité. Il se tuait à la tâche pour leur rendre la vie plus douce, plus agréable. Tout cela lui était difficile, pourtant il continuait à se battre pour eux. PERSONNE ne s’en souciait…

Lorsqu’il tomba malade, les médicaments vinrent à manquer, mais là encore, malgré les sacrifices de ses enfants qui avaient abandonné l’école et qui multipliaient les petits boulots, PERSONNE ne s’en soucia…

Quand la vie le quitta, sa famille et ses proches se mirent en quête d’argent pour les funérailles : 2000, 3000 dollars, voire davantage. Diantre, il fallait un beau cercueil, de belles funérailles et une grande fête…

La mort aurait-elle plus de valeur que la vie ?

Laisser un commentaire