Etats d'âme

Salut maman, salut papa, Saint-Nicolas n’existe pas !

Salut papa, salut maman,

Je n’ai jamais osé vous le dire parce que je sais que tous les 6 décembre, vous étiez heureux de me faire croire que Saint-Nicolas descendait dans la #cheminée avec l’aide du père #Fouettard. Cela vous faisait plaisir de me voir heureux. Personnellement, je ne comprenais déjà pas, malgré mon jeune âge,  comment un âne et deux personnes pouvaient descendre avec un tas de cadeaux par la cheminée dont papa disait d’ailleurs qu’elle ne tirait plus correctement depuis que des oiseaux y avaient fait leur nid.  Vous m’avez menti dès ma naissance ! Mais bon, je n’allais tout de même pas casser votre croyance et me priver des cadeaux que vous déposiez pour moi près de l’âtre.

Je vous vois maintenant crier au désespoir, hurler aux loups parce que les réseaux sociaux ont décidé de ne plus accepter les images du père Fouettard. Je le sais, parce que je suis inscrit, malgré mon jeune âge, je sais je me répète, sur différentes plateformes. Je dois bien m’occuper, parce que vous n’avez plus beaucoup de temps à me consacrer après vos journées de travail et puis j’aime bien vous montrer vos failles dans l’éducation que vous me donnez, mais que vous dites irréprochable sur les mêmes réseaux.

Je vous vois parler de coutumes, de mémoires pour une fête des plus commerciales. N’y a-t-il pas des choses plus importantes que la vie virtuelle (il n’y a que sur les réseaux sociaux que son image ne pourra plus poindre le bout de son nez), parce que dans votre imaginaire, vous pourrez toujours garder Fouettard et compagnie et les inviter, si bon vous semble, le 6 décembre pour faire la java dans notre maison.

Papa, maman, ce n’est pas bon pour votre santé ni pour votre portefeuille. Je ne veux plus de vos cadeaux en ces temps difficiles, gardez vos économies et si, malgré tout, l’envie de faire plaisir serait la plus forte, pensez aux plus démunis, pensez aux personnes qui meurent de faim, aux enfants malades, aux personnes sans-abris (et pas uniquement en hiver)…

Au pire, papa Noël ou papa vacances d’hiver, peu importe, fera l’affaire pour moi, il suffira de doubler les cadeaux ! Héhéhé…

Quant aux autres bien pensants qui décident d’interdire, vous n’avez rien d’autre de plus intéressant à faire ? Vous nous détournez de l’essentiel en nous jetant à la figure du pain et des jeux ! Aux autres réfractaires, ne dites plus que nous sommes des moutons, nous sommes juste des ânes !

« Maman, peux-tu néanmoins m’éplucher une carotte ? » Merci !

Laisser un commentaire