Textes

Qui suis-je ?

Né à Namur en 65…

Non ce n’est pas une adaptation d’un texte de #Goldman …ni de #Sachs d’ailleurs. Je ne fais point dans la chanson et encore moins dans la finance.

1965 marque les disparitions de Churchill, Nat King Cole, Malcom X, Stan Laurel, Le Corbusier, Schweitzer et j’en passe. J’arrive et ces illustres personnages s’en vont. Leonov, lui, flotte dans l’espace et les Who chantent « My Generation » dont on retient le « Hope I die before I get old »… Je n’en dirai pas plus.

Je passe, je repasse, je tré…non pas encore. J’entends déjà les « hé Papy » résonner dans le sonotone que je n’ai pas encore. Les rides apparaissent, les cheveux disparaissent dit-on. Pour les rides, je m’en tiendrai aux sillons de la vie. Quant aux cheveux, ça fait déjà pas mal de temps que je ne les coupe plus en quatre.

Picasso, entre deux toiles, a dit un jour : « On met longtemps à devenir jeune ».

Je pense l’être resté : j’écoute de la musique commerciale, je fais des selfies (des selmies aussi et sans Félicie absente pour raisons personnelles), des blagues à la con (trop nombreuses me dit-on parfois), je bouffe au dans les fast-food (là suis obligé) et j’ai du mal à rester sérieux.

Comme quoi, ce n’est pas encore la débandade (sic) !

Plus sérieusement, du moins je le pense : passer la cinquantaine, c’est être (presque) en paix avec son passé sans se laisser envahir par le présent et avoir encore assez de forces pour ne pas craindre l’avenir.

Je reste curieux de tout…

Et puis m…, je ne les fais pas (encore).

Une autre version ?

Catégories :Textes, Traits d'Humour

Tagué:,

Laisser un commentaire