Jeudi 16 juillet 2020 – Mon confinement (116) : acribologie et jobarder

Faire preuve d’«acribologie» ou faire preuve d’un «souci de précision extrême dans le #choix de mots » si vous préférez.

Un mot parmi d’autres

Jobarder

Ce délicieux verbe, qui signifie «duper, tromper», vient de «jobard» dont on trouve la trace au XVIe siècle sous la forme «joubard», indique Tomasi. Au XIXe siècle, le terme est utilisé pour «être appliqué à un naïf, à quelqu’un d’une trop grande crédulité», rappelle l’auteur.

«Joubard» est issu du moyen français job, «nigaud». Ainsi que nous le devinons, le terme tire son origine du nom du personnage biblique. Job «représente l’archétype du Juste dont la foi est mise à l’épreuve (…) Il accepte en effet avec résignation son malheur et endure les railleries de ses amis ou les reproches de sa femme sans renier Dieu une seule fois». Tomasi précise cependant que le linguiste Pierre Guiraud qui «voit plutôt dans jober une variante de gober, issu de gaba, ‘‘gorge’’». En effet, le jobard gobe tout ce qu’on lui dit…

200 drôles de mots à ressusciter pour vaincre la morosité (Le Robert) de Jean-Christophe Tomasi

Faites donc gaffe quand vous lancez un « j’ai fait le job » …

À demain !

#FabriceSalembier #Lemondedefa #Lubumbashi #Afrique #Confinement #Pandémie #Etatdame

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :