Samedi 11 juillet 2020 – Mon confinement (111) : autodérision

Ce matin comme tous les matins d’ailleurs, je suis monté dans ma voiture. Rien de bien anormal au demeurant. Pourtant, ce véhicule, qui est le mien depuis un certain temps, a une particularité que d’autres n’ont pas. Il est automatique. J’entends déjà le « la mienne aussi, en quoi est-ce donc particulier ? ». Minute papillon, laisse-moi le temps d’aller jusqu’au bout de mon explication. Je disais donc que ce moyen de locomotion est automatique, à savoir que le système s’enclenche dès le réveil. Une espèce d’auto-allumage en quelque sorte. Si les uns la surnomment « titine », je l’ai, personnellement, affublé du doux prénom de dérision. Mon autodérision, celle qui me permet d’aller là où j’ai envie d’aller sans interdit tout en ne tombant pas dans le panneau.

Lu sur le web

« L’autodérision est très efficace pour susciter la sympathie de vos interlocuteurs puisque vous mettez de côté votre estime de vous de façon volontaire. Cela montre que vous avez de l’humour, que vous ne vous prenez pas trop au sérieux et que vous assumez vos défauts au point de pouvoir en rire. L’autodérision humanise et donne envie aux autres de faire partie de votre entourage. Elle rassure, car elle montre que vous avez assez confiance en vous pour risquer d’être ridicule. En exposant vos faiblesses et vos défauts, vous laissez apparaître votre force ».

Mon autodérision humanise. J’apprécie. J’ai de l’humour, particulier sans doute, mais j’ai de l’humour. Mon estime de moi ? Je n’en ai cure. Je n’ai pas l’habitude de demander à mon miroir qui est la plus belle chaque matin. Ça c’est mon humour. La confiance en moi ? Oui peut-être. J’avoue ne m’être jamais posé la question : je fonce, je roule et si je brûle un feu rouge, j’assume.

« L’autodérision peut détendre l’atmosphère, désamorcer les situations tendues ou difficiles dans un cadre professionnel par exemple ».

Faut-il encore que l’auditoire soit au diapason et là ce n’est pas gagné. Bouh, le prétentieux !

« En outre, l’autodérision ne peut offenser une personne de votre entourage ». 

Sauf si j’y ajoute la petite flèche. N’est pas Cupidon qui veut.

« Pour certains auteurs, être capable de rire de soi, est une forme raffinée d’humour ».

Je riz, je riz. Avouez que ce n’est pas des plus drôle, des plus raffiné. Les sens n’ont plus d’ailleurs. Je suis parfois aussi lourd que les métaux.

À demain !

#FabriceSalembier #Lemondedefa #Lubumbashi #Afrique #Confinement #Pandémie #Etatdame

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :