Etats d'âme

Le nègre, le noir, le… dans nos livres d’histoire !

A vous dont la lecture des livres d’Histoire s’est arrêtée trop tôt !

Que dire à la #vindicte populaire lancée par quelques compatriotes si ce n’est que leur lecture de l’Histoire s’est sans doute arrêtée aux textes ci-après…

SAVIEZ-VOUS QUE …

La dernière #exhibition de noir·e·s en Europe dans un village colonial eut lieu à l’exposition universelle de Bruxelles en 1958. A Yvoir, en 2002, on a exhibé des Pygmées bakas camerounais dans un domaine où sont exposés des animaux.  

Nos livres d’histoire

Petit recensement d’extraits par Pol Delfosse, historien

1880 (M.G. ALEXIS (Abbé), Cours supérieur de géographie, 2 éd., Liège, Dessain 1880, p. 212)

«Le nègre, l’un des trois types primordiaux de l’espèce humaine (avec le blanc et le jaune), se distingue par ses formes robustes, ses cheveux laineux, ses lèvres épaisses, son teint noir… Moins intelligent et moins actif que les autres races, le nègre est resté généralement sauvage, ignorant, superstitieux, adorateur de fétiches; il se laisse dominer par des chefs absolus et féroces, qui le traitent comme une bête de somme, le sacrifient à leurs plaisirs, ou le vendent à vil prix».

1948 La Procure, Le monde moins l’Europe, Namur 1948, p. 19 (ouvrage destiné à l’enseignement primaire

Cette description du «nègre» a été reprise dans des formes différentes par des auteurs plus récents. En 1948: «La race noire a la peau brun-chocolat, la mâchoire inférieure saillante, les lèvres épaisses, le nez large et aplati et les cheveux noirs et crépus. Les noirs ont une civilisation arriérée ».

1924 J. CHOT, Le monde moins l’Europe, 1924, p. 98

Cependant des auteurs de manuels ne mettent pas tous les noirs dans le même sac. Ils distinguent des groupes: «Il ne faut pas croire que tous les nègres se ressemblent. Il y a autant de différences entre eux qu’entre les différents peuples blancs. Le type représenté ici (une photo) est un des types supérieurs: le Soudanais face prognathe, crâne assez développé, poitrine large et membres solides. Le Soudanais est capable de comprendre et d’exécuter les bonnes méthodes agricoles. Au contraire d’autres nègres comme les Bantous de l’Afrique équatoriale, les Bushmen, les Cafres et les Hottentots de l’Afrique du Sud représentent des races inférieures. Certains vivent de la chasse et ignorent presque complètement la culture ».

1958 La Procure, La Belgique et le Congo belge, Namur 1958, p. 92

Cette vision sera celle enseignée après le second conflit mondial dans certaines classes primaires. «Les Soudanais ont le crâne moins allongé, le front plus droit, le nez moins épaté, les mâchoires moins proéminentes et leur teint chocolat est plus clair. Leur organisation politique est meilleure. Ils possèdent de grandes aptitudes industrielles et commerciales. Les Soudanais ont une réelle supériorité physique et intellectuelle sur les autres populations congolaises ».

1937 P. FESTRE et alii, La géographie à l’école primaire, Jemappe 1937, pp. 108

Pour les auteurs de manuels, les Pygmées – Mbuti est le nom que se donnent les Pygmées – sont au bas de l’échelle. «Les pygmées ne sont pas des nègres. Ce sont des nains à la peau noire… Ils sont fort arriérés, et n’apportent aucune aide aux blancs ».

1959 F. Camerlinckx, Le monde moins l’Europe, Jemappe, 1959, p. 36

En 1959, à un an de l’indépendance du Congo,) Camerlinckx tient des propos nettement racistes: «Les Hottentots et les Boshimans, races dégénérées… ainsi que les Pygmées du Congo ont été refoulés par les nègres bantous. Ils pratiquent un fétichisme très arriéré… dans leur épaisse forêt. Là, ils mènent une vie errante de chasseurs. Ils sont farouches et souvent craints par les blancs et les noirs. Ils manient avec grande habilité l’arc et les flèches empoisonnées».

1979 P. HANCISSE, Douze milliards d’hommes, Namur, La Procure, 1979, p. 177).

Les stéréotypes à propos des Pygmées ont longtemps survécu : «Dans les régions les plus insalubres de la forêt vivent quelque 150.000 pygmées en voie de disparition».

1973 TILMONT J., Le Monde moins l’Europe, 1948, p. 21 et ID, Les Continents, 1973, p. 33

J. Tilmont affirme pendant près de 40 ans que les Pygmées ont des membres disproportionnés ce qui est une contre vérité destinée à les rapprocher des singes.

1909  E. STEENACKERS, Le Congo belge, Bruxelles 1909, p.24

En ce qui concerne le mode de vie et la psychologie du «noir», on trouve dans les manuels des affirmations qui pourraient faire sourire si elles n’étaient pas destinées à être mémorisées et enseignées: «Le chef de famille abandonne aux femmes et aux esclaves domestiques les travaux de culture tandis que lui se réserve les deux plaisirs de la chasse et de la pêche – Le nègre passe des heures et des journées à fainéanter, discuter bagatelles, danser, chanter.

1925 A. JACQUEMIN, La Belgique et le Congo belge, 1925, p. 179

Il ne s’occupe guère des travaux agricoles laissant ces travaux aux femmes sauf dans les régions soumises à l’influence européenne ou arabe – Le Bantou de la forêt a un caractère sombre, agressif, méfiant…Les nègres ne manquent pas d’intelligence quand il s’agit de comprendre et d’observer leur intérêt; mais l’esprit créateur et la faculté d’abstraction leur font totalement défaut…

1939, 1971 J. TILMONT, La Belgique et le Congo, 1939, p. 261- 262 et L’Afrique et l’Asie, 1971, p. 82

Dans ce milieu hostile, le nègre est sournois, batailleur. Il n’a guère d’initiative, mais il possède beaucoup d’amour-propre et est doué d’un vrai sens de l’imitation».

L’image du «nègre» (Racisme. Continent obscur. Clichés, stéréotypes, phantasmes à propos des noirs dans le royaume de Belgique, Coopération par l’Éducation et la Culture-Le Noir du Blanc/Wit over Zwart, 1991, p. 83-85) véhiculée par le colonisateur n’est pas moins discriminatoire. On le dit paresseux, aimant rire, naïf, enfantin, chapardeur ou encore hypocrite et rusé.

Constat des époques, contexte de l’époque direz-vous. Oui, il est donc urgent de changer cela à la lueur de ce que le temps nous a donné comme évolution ! C’est en cela que l’idée de réécrire l’histoire ensemble est importante.

Le sentiment nationaliste de défense à tout prix de Léopold II et compagnie est déplacé, il a la valeur des propos que vous tenez à l’égard des aides aux migrants en hiver en les opposant aux sdf. En été, les sdf ne vous intéressent pas…

L’histoire est une source inépuisable en ce qu’elle permet de réinterroger et d’interpréter le passé à l’aune de nouvelles connaissances acquises…ou sorties du placard dans lequel certain.e.s les avaient cachées…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.