Jeudi 2 juillet 2020 – Mon confinement (102) : dans la peau d’un brouteur

Dans la peau d’un #brouteur

J’ai pris ma plus belle plume ou plutôt mon plus beau clavier pour rédiger cette missive aux #femmes aimées, chéries en espérant qu’au moins l’une d’entre elles puisse me répondre favorablement en vue d’illuminer ma vie…et mon portefeuille.

Si vous avez des conseils, n’hésitez pas.

Minou

Chère inconnue et pourtant tant aimée. Si je t’adresse mes plus profondes pensées, c’est parce que tout mon être pense que nous vieillirons ensemble. Je suis intimement persuadé que nous savons déjà l’autre veut sans même avoir à le demander. Parfois, nous nous agacerons un peu. Peut-être que parfois, nous nous prendrons pour acquis. Mais de temps en temps, comme aujourd’hui, je réfléchis et je réalise à quel point je suis chanceux de partager ma vie, encore virtuelle pour l’instant, avec la femme la plus formidable que j’aie jamais rencontrée. Tu continues à me fasciner et à m’inspirer. Tu es l’objet de mon désir, la raison première de mon existence. Je t’aime tellement.

Alors réponds-moi… ou envoie moi un peu d’argent, la vie n’est pas facile ici et ce sera une preuve matérielle de notre profond amour.

PS : si tu es dans les difficultés financières, peux-tu passer le message à tes voisines, on ne sait jamais…

#FabriceSalembier #Lemondedefa #Lubumbashi #Afrique #Confinement #Pandémie #Etatdame

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :