Etats d'âme

Samedi 27 juin 2020 – Mon confinement (97) : humanisme !

Depuis ces histoires belges navrantes, inqualifiables à #Lubumbashi, un courrier intitulé « Communauté expatriée européenne » circule sur les réseaux sociaux. Si l’intention est louable, je n’ai pas pour habitude que l’on écrive à ma place ou que l’on m’associe à un écrit sans me demander mon autorisation. Faisant partie de cette « communauté expatriée européenne » uniquement sur base de mon #identité légale, je suis donc associé, malgré moi, à ce message.

Si l’intention est louable, je pense qu’elle a été faite dans la précipitation et l’objectif poursuivi me paraît ressembler davantage à une crainte d’être amalgamé aux tristes personnages qui sont entre les mains de la justice. Chère « communauté expatriée européenne », que craignez-vous ? Pensez-vous que nos ami.e.s congolais.e.s pourraient s’en prendre à « nous » – ce « nous » qui donne aussi impression d’opposition par rapport à un « eux » – en raison de propos nauséabonds pondus par quelques lobotomisés du cerveau ? Quelle est donc l’image que vous avez de cette #population qui nous a accueillis les bras ouverts ?

Je suis en droit de me poser la question. S’il vous plaît, ne me réduisez pas à cette identité légale. Je lui préfère l’identité personnelle, en perpétuelle évolution, se construisant par des rencontres, des apprentissages et des choix que l’on pose. Hélas, autant que nous sommes, nous la mésestimons, préférant ainsi rester dans une espèce d’absence de volonté d’apprendre et d’évoluer grâce à l’Autre. Chère communauté expatriée européenne, allez à la rencontre de l’Autre, ne restez pas confinée – de circonstance – entre « vous ».

Les plus belles et sincères excuses seraient alors de rencontrer, d’apprendre du pays qui nous accueille bien qu’il m’ait été dit par des amis congolais que je n’avais pas à m’excuser pour des propos tenus par d’autres, faisant ainsi allusion au « pardon peuple congolais » (vidéo) que j’avais réalisé dans le cadre des affres de la colonisation.

Je me désolidarise des propos infamants tenus, je n’ai pas à me désolidariser de personnes avec lesquelles je n’ai jamais été solidaire. De plus, je ne me revendique pas d’une communauté quelle qu’elle soit, je suis juste un citoyen du monde.

#FabriceSalembier #Lemondedefa #Lubumbashi #Afrique #Confinement #Pandémie #Etatdame

Publicités

Laisser un commentaire