Etats d'âme

Mercredi 27 mai 2020 – Mon confinement (66)

C’est l’une des observations du jour. J’ai oublié son nom, mais un bonhomme a dit un jour « Lève-toi et marche ». Se lever contre, se #lever pour, se lever quoi. Mais je m’embrouille parce que l’objectif premier de cette bafouille est de vous faire découvrir ce que j’ai vu au travers de la porte d’entrée, le regard porté sur le jardin. Il a donc fallu que je me lève et que je marche…

Lorsque l’on est dans un lieu commun, force est de constater qu’on ne voit plus ou, à tout le moins, qu’on voit mal. On a vu donc on ne voit plus. N’essayez pas de percer le mystère, il n’y en a pas. Disons que pour être plus clair, on ne prend plus la peine de mieux connaître ce qui nous entoure.

Je m’explique : j’ai ouvert la porte et j’ai vu mon jardin dans lequel trônent fleurs, arbres et faune.

Aujourd’hui, j’ai donc regardé à nouveau et mieux observer ce jardin. Voici ce que je peux dès lors en dire :

J’ai ouvert la porte et j’ai vu mon jardin dans lequel trônent des hibiscus, un arbre à pain, un manguier, du moringa, des bougainvillées, des papayers solos, des tulipiers du Gabon, de l’Aloe Vera, des palmiers, des avocatiers, des Jatropha, de la pervenche de Madagascar. S’y promènent également des augosomes, des fourmis, des guêpes maçonnes, des hypolminas salmacis, des lules, des margouillats, un patas, des roussettes, des tisserands gendarmes, des…moustiques… et j’en passe.

Je ne suis donc pas tout seul  (ni dans la tête d’ailleurs, diront certains). Apprendre à connaître un peu mieux les choses peut aussi amener à apprendre à mieux connaître son #voisin. N’est-il pas plus sympa de saluer celui-ci par un « salut Clément » qu’un « salut voisin » ?

Sur ce salut « tout le monde » et bises au chat.

#FabriceSalembier #Lemondedefa #Lubumbashi #Afrique #Confinement #Pandémie #Etatdame

Laisser un commentaire