Aller au contenu principal

Les lettres dépérissent

Les lettres dépérissent
Otan de fautes, guère de mots
Mais des coquilles d’un autre âge
Ce n’est pas neuf, c’est chiffré
Bouteille en vers à la mer lancée
Trop pleine d’espoir, trop tard retrouvée
Les mots se meurent, chant du signe
De plus en plus mal orthographié
La faute à qui, à quoi
Branle-bas de combat
Vain ou utile, géant au pied d’argile
Pourvu que la plume reste agile
Académiques, romantiques, informatiques
Puissent-elles ne pas devenir fantomatiques

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :