Portraits d'Afrique

Sarah (9): Monsieur Zinga

Nous descendîmes du taxi en face des bureaux qui allaient m’accueillir. Un grand immeuble vétuste dont le rez-de-chaussée était occupé par des marchandes de fruits et de légumes. Un petit établissement sur la gauche servait quant à lui des plats du pays, j’ai de suite supposé que certains collègues s’y rendaient sur le temps de pause parce que ma tante répondit d’un geste et d’un grand sourire au bonjour du serveur attablé seul à l’une des tables posées tant bien que mal sur l’étroit trottoir séparant la rue de l’entrée.

Les bureaux de l’ONG se situaient au premier étage et seule une volée d’escaliers nous en séparait. Ils furent avalés quatre à quatre et nous nous retrouvèrent aussitôt dans le bureau de ma tante. « C’est ici que je travaille et c’est sans doute dans cette même pièce que l’on t’installera aussi », précisa-t-elle d’une voix faite pour me rassurer encore et encore. Elle me détailla alors ses tâches de secrétaire et, dans les grandes lignes, le caractère du patron de la boîte. Après des études en Europe, il était revenu au pays avec l’envie de participer au développement de ce dernier. J’ai oublié de vous dire que cette ONG s’occupe de creuses des puits dans les localités nécessiteuses, mais aussi chez les particuliers qui le demandent. L’eau est une denrée qui afflue ici et pourtant nombreux sont ceux qui n’y ont pas encore accès. Une triste réalité du pays comme d’autres d’ailleurs.

En attendant l’arrivée de Monsieur Zinga, j’aidai ma tante à ranger quelques documents et à préparer le thé dont il raffolait et qu’il devait déguster à 10 h précises. À 9 h, le couloir nous avertit de son arrivée ; des pas bien décidés résonnants dans celui-ci. Ma tante ne s’y trompait pas, habituée qu’elle était à ce bruit si significatif. Il entra dans la pièce, nous salua machinalement et entra directement dans son bureau. Je dis « nous », mais je ne suis pas certaine qu’il m’ait vue… Quelques minutes passèrent et il refit surface en me fixant et en s’excusant de ne pas s’être attardé ; je le sentais confus derrière ses petites lunettes rondes qui lui donnaient un air sérieux et bon enfant à la fois. Je balbutiai quelques mots pensant lui dire qu’il ne devait pas se formaliser, mais je n’eus comme réponse qu’un éclat de rire. Il m’avait senti stressée, confuse et par ce rire inné, il exprimait une volonté de me mettre à l’aise. C’est du moins ce que je compris plus tard lorsqu’il me proposa de partager une tasse de thé avec lui dans son bureau ; il était en effet 10 h. 

Un coquet bureau aux allures européennes, mais dont les murs sentaient les couleurs de l’Afrique ; peinture, photos ne permettaient aucun doute ; nous étions bien au Congo. Je ris encore de cette réflexion. Un savant mélange de deux cultures bien différentes. Il m’expliqua ma tâche, à savoir soulager ma tante dans le travail administratif : répondre au téléphone, prendre les rendez-vous pour les équipes techniques et lui rendre compte de tous les travaux en cours. Aussitôt dit, il prit contact pour que l’on puisse m’aménager un coin dans la salle qu’occupait ma tante. Une première journée de prise de connaissance de mes tâches et du personnel. Mon soulagement fut à la hauteur de l’angoisse qui avait été mienne les jours précédents. À 13 h, il nous invita même à partager un repas dans le bar du coin, là où le serveur était attablé tout à l’heure. J’avais donc raison. Le repas fut des plus agréables même si son regard semblait ne s’attacher qu’à ma personne, ce qui fera dire à ma tante, sur le trajet de retour, que j’avais tapé dans l’œil du boss. Je ne savais que trop penser de cette réflexion bien qu’elle l’ait dit en riant.

Catégories :Portraits d'Afrique, RDC, Textes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.