Sarah (5): Benjamin

Tonton Benjamin est plutôt petit et extrêmement maigre. Son visage exprime la longueur du temps tempérée par un sourire d’homme heureux. Les cheveux ont déserté son crâne il y a quelques années déjà ce qui renforce sa maigreur que je préfère appeler sveltesse. Sa chemise bleu ciel renforce encore un regard brillant reflétant l’espoir. Elle n’est pas fermée et nous laisse voir son cou et un pendentif dont je n’ose demander la signification. Son pantalon gris est troué. Il nous laisse voir sa peau mate. Sur son pantalon, au niveau du genou, il y a une tache noire, on dirait du cambouis. De chaussures, il ne porte pas nous laissant voir des pieds nus. Il se savait observé et ne fit que lever la tête en souriant. Marie, elle est d’une beauté rare ; élégante, souriante, elle ne laisse pas indifférente, j’imagine les regards s’arrêter longuement sur elle lorsqu’elle quitte la demeure. Une grâce dont j’aimerais hériter.

Il me restait cette journée avant le grand jour, celui de mon entrée dans le monde du travail. En aidant Marie, je ne pus m’empêcher de lui poser un tas de questions sur le travail, sur les collègues, sur la possibilité d’évoluer dans la société. Elle répondit calmement à toutes mes questions me sachant inquiète et me laissa entendre qu’elle allait, pour cette première journée, m’accompagner dans toutes les démarches. Elle est en fait la secrétaire du grand patron, je compris dès lors que c’est elle qui était intervenue afin que je puisse obtenir cet emploi et non mon oncle. Ayant compris que son mari m’avait laissé entendre que c’était grâce à lui que j’allais entrer dans le monde du travail, elle me lança un « Ah les hommes, ils doivent tout ramener à eux » dans un grand éclat de rire. C’est donc le cœur un peu plus serein que je me mis à préparer mes vêtements pour le lendemain. Il me fallait me montrer sous mon plus beau jour…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :