Dimanche 26 avril 2020 – Mon confinement (35) : Rêve, réalité, véracité

« Notre travail se base sur des hypothèses et des prévisions ». C’est ainsi qu’a commencé la conférence de presse belge à propos du déconfinement progressif. J’en ai donc profité pour me remémorer les définitions des deux mots importants de cette annonce.

En sciences, une hypothèse est une proposition relative à l’explication de phénomènes naturels, admise provisoirement avant d’être soumise au contrôle de l’expérience. Cela peut être aussi un postulat.

Quant à la prévision, c’est une opinion formée par le raisonnement sur les choses futures.

Pendant ce temps-là, les écoles françaises à l’étranger sont en grandes difficultés financières tout comme les parents qui doivent se saigner pour (essayer de) payer le minerval du troisième et dernier trimestre scolaire. Inutile de vous détailler la suite et ce qui pourrait arriver.

Et à Lubumbashi ?

Selon différentes sources, le premier cas lié au virus aurait été découvert. Je l’ai d’ailleurs signalé comme tel ce samedi 25 avril : « il y AURAIT maintenant 1 cas à #Lubumbashi … Même en temps de #pandémie, on peut travailler sa #conjugaison: le #conditionnel permet en effet d’exprimer des faits dont la réalisation est soumise à condition. Je prends donc des pincettes vis-à-vis de cette publication parce que si je prends des #gants, on ne va pas comprendre. »

Je ne suis pas médecin, je ne suis pas scientifique. Je suis un rêveur qui espère que nous allons, ici en Afrique, échapper à la faucheuse qui a frappé les autres continents.

A demain

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :