RDC

Sarah (4): Marie

Après m’avoir serrée dans ses bras, elle me montra ma chambre et la salle d’eau. Je déposai mon sac dans la chambre et me passai un peu d’eau sur le visage. Elle m’invita alors à la rejoindre dans la pièce principale au moment où le vrombissement du groupe se mit en route. Mon oncle avait obtenu un peu d’essence chez le voisin en soulignant qu’il avait une invitée chez lui. Ce fut alors le moment des présentations : Marie est la seconde femme de mon oncle, 20 ans plus jeune que lui. Elle travaille dans l’ONG dans laquelle je viens d’être engagée. Autant vous dire que cela me rassura fortement. Nous fûmes interrompues par mon oncle qui me tendit son vieux téléphone mobile en me disant que maman était au bout du fil, je m’empressai de lui prendre et d’entendre la voix de ma mère.  Je pus la rassurer sur le trajet et sur l’accueil qui m’avait été offert et elle me réchauffa également le cœur.

Le repas fut des plus agréables et alimenté des souvenirs de mon oncle et de la famille. J’avais l’impression de lire le livre de notre vie et de pouvoir mettre des liens aux moments qui ne m’avaient pas été permis de comprendre à l’époque. Marie, l’épouse de mon oncle, buvait ses paroles,  amoureuse qu’elle était comme au premier jour. J’en étais émerveillée, je me sentais en famille comme au village qui m’avait vue naître.

Ma nuit fut paisible la fatigue du voyage aidant.

Le lendemain, levée de bonne heure, je ne fus pas la première à entrer dans le salon ; mon oncle, Benjamin, parce qu’il faut tout de même que je vous le présente, était assis et parcourait une revue économique étrangère. Il leva les yeux et me demanda tout naturellement si j’avais bien dormi. Je lui répondis par l’affirmative au moment où Marie sortit de la cuisine avec un petit déjeuner m’étant réservé. « Nous sommes déjà passés à table, même le week-end, nous sommes des lève-tôt » ajouta-t-elle. 

Mon sourire n’empêcha pas une certaine gêne de ma part : une grasse matinée le lendemain de la première nuit au sein de ma nouvelle famille n’était sans doute pas la meilleure façon qui soit de m’intégrer. Je fus cependant rassurée par mon oncle qui ajouta qu’il était très heureux de me voir parmi eux avant de se replonger dans sa lecture. Mon oncle est ingénieur de formation, c’est l’aîné de la famille de maman : 2 garçons et 4 filles. Le second garçon est décédé bien avant ma naissance dans un accident de la route, les autres sœurs de maman sont, elles, à l’étranger ayant épousé un Canadien, un Français et un Zambien si je me souviens bien. Les deux seuls étant restés au pays son Benjamin et maman. Ils ne se voient que très rarement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.