Etats d'âme

Lundi 13 avril 2020 – Mon confinement (22)

Entre quatre murs

Au début du XVIIIe siècle, l’expression « entre quatre murs » signifiait que l’on se trouvait dans une habitation vide, sans meuble. Son sens actuel d’enfermement est apparu plus tard dans le siècle. Cette expression contient une idée d’espace réduit et de malaise. Elle signifie que l’on est enfermé de son propre gré ou non, chez soi ou en prison.

Chez soi ou en prison, chez soi et en prison. Difficile de dissocier les deux, non ?

Heureusement, il y a les fenêtres

Celles par lesquelles on regarde et on observe le silence et qui maintiennent l’espoir, celle virtuelle du web où l’on compte nos morts, l’on découvre le nouveau régime de Vichy ou de Degrelle en fonction de son pays d’origine et, encore et toujours, la bêtise humaine. Cette dernière, on a fortement envie de la fermer, de la condamner, mais elle nous permet, dans le même temps, de voir ce qui se passe ailleurs, de rester en contact avec nos familles.

Rester enfermés tout en s’ouvrant aux autres. Etre à l’affut, se délecter du malheur des autres, remettre la délation au goût nauséabond du jour. Le lot des uns et des autres. Notre lot d’humain déshumanisé dont le racisme fait partie intégrante. On ne nait pas comme tel, on le devient pour des raisons qui m’échappent ou que je ne veux pas entendre. Chacun pense avoir raison, chacun a sa propre passion.

Pas facile de faire abstraction de la peste et du choléra

Au sens propre comme au sens figuré puisqu’ici le choléra a repris des couleurs. Il se dit même qu’Ebola s’est trouvé une nouvelle victime.

Je me confie, je me confine.

J’avais aussi envie d’écrire un petit mot à mes élèves…

Que de temps passé avec vous à partager vos joies, vos peines, vos doutes. Voir vous relever après un échec, vous délivrer mes blagues potaches quand votre esprit voyageait ailleurs, vous secouez délicatement quand l’oubli vous animait. Que…

Que de jours passés sans vous ne sachant pas vraiment comment vous allez, comment vous vivez cette situation avec votre famille, vos proches. Certes, quelques bribes m’arrivent aux oreilles : tâches ménagères supplémentaires, le wifi n’est disponible que le soir, incompréhensions, doutes. Et pourtant, vous continuez les exercices demandés tant bien que mal sans savoir véritablement vers où aller, vers où l’on va. Je ne le sais pas non plus, je ne suis qu’un enseignant avec qui vous partagiez. J’espère que nous pourrons encore le faire. Quand ? Où ? Comment ? Que de questions sans réponse.

OSER sans doute est-ce le mot que vous garderez de nos moments. C’est en tout cas celui que j’espère avoir imprimé dans vos mémoires. Ce mot, à votre âge, je ne l’ai que peu utilisé. Me suis-je rattrapé depuis ? Possible.

Force et courage, je n’ai que ces mots à vous dire en ces moments bien compliqués.

#FabriceSalembier #Lemondedefa #RDC #Lubumbashi #Afrique #Confinement #Pandemie #Etatdame

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.