Etats d'âme

Mardi 7 avril 2020 – Mon confinement (16) : un tas de questions !

Une histoire de chiffres

Le 16 même s’il aurait pu être un 19, un 18, me permet aussi de me rappeler la date du jour. Je me prépare même à me mettre sur mon trente et un, histoire de tromper les apparences. Élucubrations du matin. Se lever du bon pied, prendre son envol pour une nouvelle journée pas comme les autres. Et en parlant d’envol, je m’interroge.

Des vols commerciaux viennent de poindre le bout du nez alors que les frontières sont fermées un peu partout si et seulement si la demande est suffisante et si l’on est ressortissant de l’UE. Je m’interroge sur les passe-droits obtenus par les voyagistes et sur les prix pratiqués. Pour l’anecdote, si je peux la considérer comme telle, il m’en coûtera 1 850 dollars par personne ou 1 750 en fonction des organisateurs. Pour info, le prix en business est de 3 000 dollars par personne ou 3 500, toujours en fonction du tour opérateur. Tout cela pour quitter la #RDC. Ça fait cher pour aller se jeter dans la gueule du loup !

Questions

Je résume : si je veux quitter la #RDC avec mon épouse – pour autant qu’elle puisse monter à bord puisque les services de légalisation sont suspendus –, il va falloir sortir un paquet de billets verts sans savoir si… si… oui si…

Une autre guerre commencerait-elle ? L’on sait que le virus fait l’objet de spéculations de toutes sortes, qu’il est même utilisé dans le marketing commercial. Comme l’a dit à une certaine époque Marguerite #Yourcenar « l’enfant apprendrait que les hommes se sont entretués dans des guerres qui n’ont jamais fait que produire d’autres guerres, et que chaque pays arrange son histoire, mensongèrement, de façon à flatter son orgueil ».

Les statistiques à la lecture de la presse

Si l’on fait dire aux chiffres ce que l’on a envie de leur faire dire, on peut considérer que ce sont les personnes qui ont eu et ont encore les moyens financiers de voyager les plus touchées. EN #RDC, ce sont les élu.e.s, des hommes d’affaires qui sont les premières victimes. Le virus ne voyage pas seul, on lui offre le billet. Attention, je prends des gants pour écrire ces lignes. Rien n’est moins sûr, mais c’est ce qui s’écrit un peu partout sous forme de témoignages. Et quand une personne sans richesse apparente est touchée, c’est qu’elle a été mise en contact avec les premiers cités. De là à penser que la « pauvreté » sauverait l’Afrique de la pandémie… Sincèrement, je me pose la question. Tant de choses vraies, tant de choses faussent circulent également.

Je ne suis pas médecin, je suis, c’est tout. Et être, c’est penser, mais aussi se tromper.

Bonne journée.

PS : il n’est de toute façon pas dans mes intentions de quitter ma terre d’accueil : les raisons sont multiples et m’appartiennent.

#Confinement #RDC #Lubumbashi #Lemondedefa #FabriceSalembier #Afrique

Publicités

Laisser un commentaire