Pandémie: le pays (RDC) fait ce qu’il peut

L’Afrique a annoncé son premier cas du coronavirus, ou Covid-19, le 15 février 2020, deux mois après qu’il soit identifié pour la première fois en Chine… Le 10 mars, il arrivait en #RDC

Nous sommes le 26 mars.

« Nous devons nous préparer au pire » car « nous n’avons aucune idée de l’ampleur de la propagation » du coronavirus en République démocratique du Congo (RDC), a déclaré le prix Nobel Denis Mukwege dans un message de prévention et de soutien aux premières mesures prises par les autorités.

Les moyens manquent.

Il souligne également « l’absence des centres de test sur l’ensemble du territoire et des moyens pour mener des dépistages à grande échelle sur la population, (…)« .

Rejoins en cela par un de ses collègues le Dr Samsoni qui lui affirme que la seule capitale de Kinshasa pourrait compter 75.000 morts si l’on ne prend pas le mal à bras le corps. Sans compter le risque des troubles sociaux et économiques.

L’Institut national de Recherche biomédicale (INRB) dirigée par le professeur Jean-Jacques Muyembe manque drastiquement de moyens, malgré l’aide financière accordée par la Banque mondiale, ajoute-t-il…

« L’INRB estime que parallèlement aux dizaines de cas qui ont déjà été testés positivement, ce sont aujourd’hui plus d’un millier de porteurs du virus qui circulent en permanence à Kinshasa, entassés à cinq dans de minuscules taxis ou à 25 dans des petites camionnettes-taxi pour se rendre à leur travail. Les nombreux marchés locaux sont également bondés, au point qu’on ne peut y circuler sans se bousculer pour y trouver passage« ,

2,3 millions de km², plus de 80 millions d’habitants…voire 100 millions ! La prévention est donc de mise !!!

.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :