Etats d'âme

Que se passe-t-il dans la tête d’un menteur ?

Mentir est une activité hautement intellectuelle qui recrute un grand nombre d’aires cérébrales impliquées dans le raisonnement de haut niveau. Oui, oui, j’vous jure ! Expérience vécue !

Le menteur doit tout d’abord prendre la décision de cacher ou de falsifier les informations véridiques, puis fabriquer une fausse version de la réalité qu’il va défendre et colporter. Il doit ensuite s’assurer que tout le monde croit à son histoire tout en mémorisant sa version des faits et en restant vigilant pour ne pas se contredire. Il y a fort à parier que l’ensemble de ces processus consomme énormément d’énergie et de disponibilité mentale, sauf peut-être pour les menteurs professionnels qui ont automatisé l’ensemble de ces mécanismes pour être plus efficaces.

Une histoire de cortex préfrontal en quelque sorte…

On refait l’histoire

On raconte aux enfants que le nez s’allonge lorsque l’on ment : Cyrano qui en avait un bien long qualifié de péninsule était-il un menteur ? Et que dire de Pinocchio ? Le premier a passé le cap, un véritable roc… Il a toujours pignon sur rue. Le second, alias gueule de bois, est mytho et sa vie ne tient qu’à un fil.

Ceux rencontrés peuvent être qualifiés d’experts bien que leurs subterfuges soient aussitôt levés tel le pain lors de sa préparation : « Ils » mentent comme des arracheurs de dents jusqu’à marquer de leur empreinte la mémoire collective. On les excusera, ils sont sans doute malades !

Sur le coup, j’avoue avoir eu le… nez fin.

Publicités

Laisser un commentaire