Politi(comi)ques ou pas

De la littérature au foot, il n’y a qu’un pas : une histoire de chaussures, d’auteurs, de radin et de foot

Au XVII° siècle la pièce « l’avare » de Molière est critiquée pour son immoralité par Rousseau & Cie. On essaie bien entendu de couper la branche sur laquelle Molière est assis… PS : cie est l’abréviation de compagnie, n’y voyez donc point l’ustensile utilisé pour la branche même si cette dernière appartient dorénavant à la littérature. Vous suivez ?

Aujourd’hui, la var est encore et toujours critiquée. Neymar – dont le prénom n’est pas Jean, n’est pas de La Fontaine qui veut – s’y emploie comme bon nombre de ses acolytes.

VARJuste une question de féminisation des mots ? La question a été posée à l’Académie française parce que celle des Qatari est encore en phase d’analyse des défaites du PSG. Il se dit que c’est le manque de coupe qui a fait déborder le vase. Heureusement, celui-ci n’est pas de Soissons, juste fêlé.

Il nous a été répondu que la phonétique serait une des causes du mal mais S. Jobs n’étant plus de ce monde, je n’ai pas voulu mettre les pieds dans le plat.

Il s’agit ni plus ni moins d’une histoire de chaussures ! Attachez bien vos crampons pour la suite. Même Habib Baye voire Stéphane Pauwels en perdraient leur latin. Oui, bon OK, ils n’en ont pas fait.

Et si Richelieu en était la cause ? Non, pas le cardinal, ce n’est point de lui que je parle. Ne perdons pas le nord. Si l’histoire est quelque peu confuse, l’origine semble encore être une bisbrouille franco-anglaise : la richelieu aurait trouvé pied à sa chaussure – l’inverse étant impossible – sur les terres de Balmoral pour les uns, à Oxford pour les autres ou même en France. L’arbitrage étant toujours en cours, il nous est difficile de faire appel à Molière, ‘fin non à la var… La balle est toujours dans le camp des historiens. Je vous parle bien de chaussures, vous l’aurez compris. Dans le cas contraire, je vous invite alors à relire plusieurs fois le paragraphe accompagné d’un verre d’eau et d’une aspirine.

En Belgique, on a simplifié les choses pour « une fois » (sic). La Richelieu est devenuE Molière : on est dans le même siècle de toute façon. Belgicisme quand tu nous tiens, pieds et, dans une moindre mesure, mains liées, allusion à la « main de dieu » ou de Maradona si vous préférez.

Vous me direz que je mélange des auteurs, des hauteurs (de chaussures) et que je fais des pieds et des mains – non pas des mains – sinon Harpagon (l’avare ou la var, je ne sais plus) va me tomber dessus aussi. Il est vrai cependant que la quête de l’homme, en général, est de néanmoins trouver chaussure à son pied.

Une dépêche vient de tomber, un peu comme Neymar d’ailleurs. Vous vous souvenez de la Coupe du monde, tout de même, celle qu’il n’a pas gagnée non plus. Cette dépêche non informe que la var est aussi un acronyme : celui de « video assistant referee ». Diantre, encore un coup (de pied interdit) des anglais. Ce n’est plus Trafalgar mais Waterloo !

Je résume : Richelieu et Molière, auteurs, sont devenus chaussures. Le radin de service est devenu caméra et le monde du ballon de rouge…pardon, rond, ne tourne toujours pas mieux. Baguette, Maestro et puis on ne va pas en faire un fromage non plus.

Bises au chat.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.