Benin

Interview de Fabrice Salembier, expat belge

Qui est-il ?
Fabrice Salembier, de nationalité belge, est arrivé en RDC et plus particulièrement à Lubumbashi en janvier 2018 en provenance du Bénin. Il a enseigné à l’école belge jusqu’en juin et depuis septembre 2018, il a rejoint l’école française Blaise Pascal où il enseigne le français.
Un parcours atypique commencé il y a plus de 25 ans déjà au Rwanda qu’il a dû quitter lors du génocide. En 2017, il publie « Sinibagirwa », ouvrage dans lequel il relate ses premières années africaines, son retour en Europe et son arrivée au Bénin, pays dans lequel il a aussi été Président du concours national Miss Littérature 2017.
Un autre ouvrage « Adopté par l’Afrique » vient de sortir de presse et un troisième intitulé « Rencontres » est en cours de finalisation. C’est donc bien la passion de l’Afrique et de l’écriture qui l’anime : il dit d’ailleurs du livre africain qu’il contient deux livres à la fois : l’un qu’on lit sans rien savoir de la culture du continent et l’autre qui vous ouvre alors les portes d’une nouvelle perception, de nouveaux horizons.
Enseignant à la rencontre de l’Autre
De par son métier d’enseignant, il découvre aussi de belles plumes au gré des rencontres mais aussi chez ses élèves. « S’ils ne lisent pas encore assez, il est important d’instaurer une confiance entre eux et moi. Une fois celle-ci établie, je leur demande d’oser ; oser écrire, oser se tromper, oser…et je dois bien avouer que cela donne des résultats plus que satisfaisants… ».
Sous sa houlette, les étudiants ont d’ailleurs créé un blog sur lequel ils peuvent placer leurs écrits ; des histoires du lundi, un journal de l’école et des cafés littéraires vont même être mis sur pied… « L’engouement me surprend, c’est vrai et tant mieux… J’aimerais aussi que nos étudiants s’intéressent davantage à la littérature africaine, on va s’y atteler… »
« Lire, c’est partir, c’est vivre, c’est libre, c’est livre, c’est rêver les yeux ouverts, c’est apprendre, c’est prendre, c’est partager, c’est dessiner, c’est imaginer, c’est guérir, c’est délire, c’est… C’est tout un tas de choses qui… Un tas d’ingrédients pour des recettes de son choix ! Mais la lecture n’est, hélas, pas « ouverte » à toutes et tous.
Via le concept Lire l’Afrique, je vais essayer d’amener la lecture un peu partout à Lubumbashi quelque peu délaissée par la capitale en matière de culture littéraire. J’espère être suivi par les lushois amoureux des belles lettres également.»
Souhaitons-lui franc succès dans ces multiples entreprises…
Article de H. Bonaventure, bloggeur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.