Etats d'âme

J’invite et non « j’accuse »

Lorsque la télévision a envahi les foyers, l’on s’est mis à penser que tout ce qui passait dans la petite lucarne était vrai. Cela n’a duré qu’un temps et la civilisation s’en est – presque – remise.

A l’arrivée du web et des nouvelles technologies, le même schéma s’est reproduit. Hélas, il semble que notre actuelle société a de plus en plus de mal à distinguer le vrai du faux, à se sortir de cette diffusion anarchique d’informations et surtout de désinformations.

S’il faut vivre avec son temps, force est de constater que nous sommes de plus en plus incapables de pratiquer l’esprit critique, de vérifier les sources,… Si l’une des raisons de cette perte de jugement est le souci de l’immédiateté et une certaine fainéantise de l’esprit, cela n’empêche qu’il est grand temps d’en revenir à des principes fondamentaux d’éducation, de prendre le temps de… Sans cela nous ferons le nid de l’extrême-droite et de tristes personnages comme des Dupont-Aignan, Le Pen et autres Bart de Wever pour ne citer que ceux-là.

J’invite donc notre chère Ministre de l’Education et ses sbires à se pencher véritablement sur cette problématique en demandant l’avis des gens de terrain que sont les enseignants, j’invite les parents à plus de discernement dans l’éducation de leurs enfants, j’invite les parents et les enseignants à se parler plus régulièrement, j’invite…

« Parce qu’il est urgent de former des femmes et des hommes debout, capables de penser par eux-mêmes, capables de travailler en équipe pour fonder un monde meilleur… »

Sans oublier les bises au chat

Publicités

Laisser un commentaire