De brimades en fusillades

L’Homme rend larmes pour un porc d’armes
L’élu persiste et saigne des vies entières sans barricades si ce n’est un mur, franche rigolade
Que faire contre les trous de balles qui fleur au fusil lancent pareilles pantalonnades
Le temps n’est plus à rire, le sang coule sans coup férir
Les étudiants montent au créneau, l’élu répond tel un nigaud
Qu’il faut armer les enseignants, son seul remède-médicament
Le temps n’est plus à rire, le sang coule sans coup férir
Nous sommes si loin de Walt Disney quand de Donald Mickey s’moquait
De scènes atroces en sénateurs, républicains et démocrates, servez-vous de vos cravates
La pendaison de crémaillère vous grandira le col ouvert, une décision humanitaire vous assurera une nouvelle ère
Le temps n’est plus à rire, le sang coule sans coup férir…

One thought on “De brimades en fusillades

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :